Accueil | Publications | Humanitaires en mouvement | Humanitaires en mouvement n°10 | Adaptation d’un programme de réhabilitation face à la crise au Burkina Faso

La revue du Groupe URD

Outils et méthodes

CHS Norme humanitaire fondamentale (CHS)
Pictogrammme Sigmah Logiciel Sigmah
Pictogrammme Reaching Resilience

Reaching Resilience
Pictogrammme brochure Formation Environnement
Pictogrammme brochure Manuel participation
Pictogrammme COMPAS Méthode COMPAS
Pictogrammme globe terrestre "Mission Qualité"
Pictogrammme PRECIS Humatem Méthode PRECIS

Humanitaires en mouvement n°10, N° spécial " Sahel "

Adaptation d’un programme de réhabilitation face à la crise au Burkina Faso
Bonaventure G. Sokpoh

Les conditions climatiques du Sahel (marqué par un climat aride avec des crises récurrentes) et les conditions de vie de la majorité des populations rurales, caractérisées par une extrême pauvreté, exigent des interventions qui renforcent leurs capacités à mieux résister aux chocs et des réponses d’urgences lors des pics de crises. L’ensemble des acteurs de l’aide s’accordent sur la nécessité de mettre en place des interventions adaptées aux caractéristiques du contexte avec une capacité de réponse précoce aux détériorations des moyens d’existences des populations. Le programme LRRD-REPI 2010, de la Délégation de l’Union européenne au Burkina Faso et ses partenaires opérationnels ACF, Oxfam, Christian Aid et Development Workshop France, a mis en application le cadre conjoint humanitaire-développement de la commission européenne et le « mécanisme de préparation et d’anticipation des crises » proposé par le Groupe URD. Cet article analyse le rôle joué dans la crise actuelle par le programme LRRD-REPI.

Le Sahel fait face depuis plusieurs décennies à des crises récurrentes (sécheresses, inondations, invasions acridiennes, etc.) intervenant dans un contexte agro-climatique peu favorable. Plusieurs études ont montré les limites des interventions séparées humanitaires et de développement, et ont présenté les leçons tirées de la gestion des précédentes crises [1]. Parmi les principales leçons, on note celles relatives à la préparation des acteurs pour répondre aux crises, à l’efficacité des systèmes d’alerte et de réponse précoces, à l’analyse approfondie des moyens d’existence, aux transferts sociaux, à la résilience, etc. Bien qu’il y ait eu des progrès dans la mise à disposition des informations (suivi des données climatiques, de l’évolution de la biomasse et des prix des denrées alimentaires/du bétail, des stratégies de survie adoptées par les populations, etc.) pouvant montrer ces signes précurseurs, la réponse précoce demeure l’un des principaux goulets d’étranglement pour une réponse adaptée et opportune (c’est-à-dire arrivant à la période où elle a le potentiel de réduire au maximum les effets dévastateurs de la crise sur les moyens d’existence).

Dans la réponse à la crise actuelle, on peut constater que plusieurs leçons des crises passées sont prises en compte, notamment en ce qui concerne la rapidité de la réponse. En effet, la mobilisation des acteurs de l’aide humanitaire et des gouvernements nationaux pour recueillir des dons s’est faite dès le mois de décembre 2011. L’intérêt des donateurs pour le Sahel est aussi en augmentation [2]. Cependant un effort important reste à faire pour couvrir les besoins grandissants.

La Commission européenne montre un engagement fort pour le Sahel en y étant le principal donateur d’aide humanitaire. Des progressions sont également observées sur le terrain en ce qui concerne la recherche de la convergence entre les interventions humanitaires et de développement à travers le Cadre Conjoint Humanitaire – Développement (JHDF [3]) pour la sécurité alimentaire. Le programme LRRD-REPI qui fait suite à la réponse à l’inondation de juillet 2010 dans le centre Nord et l’Est du Burkina Faso est une application du JHDF.

Par ailleurs, le Groupe URD a depuis quelques années analysé – à travers les évaluations de programmes humanitaires et de développement, et des travaux de recherche opérationnelle – les préoccupations des acteurs intervenant dans le Sahel pour mettre en pratique les réflexions sur le lien urgence et développement. En réponse, le Groupe URD a proposé la mise en place d’un mécanisme de préparation et d’anticipation des crises, notamment pour les acteurs opérationnels mettant en œuvre des programmes ou des projets de moyen/long terme dans le Sahel. Le programme LRRD-REPI met en application ce mécanisme pour mieux s’adapter à l’évolution du contexte d’intervention et réduire les effets des nouvelles crises sur les acquis du programme.

 

Le programme LRRD-REPI

Le programme LRRD-REPI 2010 (relèvement des populations suite aux inondations de juillet 2010 dans les régions du Centre Nord et de l’Est du Burkina Faso) est un programme de réhabilitation d’environ 3,5 million € financé à 80% par la Délégation de l’Union européenne et mis en œuvre par ACF, Christian Aid, Oxfam et Development Workshop France. Il vise le renforcement de la résilience des populations victimes de l’inondation en assurant une continuité d’intervention après la réponse d’urgence financée par la DG ECHO. Il est réalisé dans le cadre conjoint humanitaire-développement pour lequel il existe une bonne collaboration entre la Délégation de l’Union européenne et la DG ECHO au Burkina Faso. Le programme s’est mis en place avec une relative rapidité après la fin de la réponse d’urgence financée par la DG ECHO. Il est mis en œuvre par les acteurs impliqués dans la réponse d’urgence (en dehors de DW), lesquels sont pour la plupart présents dans la zone depuis quelques années. Cela permet une connaissance des zones d’intervention et des populations par les acteurs.
Initialement prévu pour une durée de 2 ans (avril 2011 - mars 2012), il sera prolongé pour environ 2 ans supplémentaires pour atteindre réellement les objectifs de la réhabilitation et les consolider.
Le Groupe URD conduit une évaluation itérative (comportant trois missions sur le terrain : mois 6, mois 12 et mois 18) du programme REPI.


[1] Cf. :
- ALNAP 2011, Humanitarian Action in Drought-related Emergencies, ALNAP Lessons Paper
- Beyond any drought : Root causes of chronic vulnerability in the Sahel, The Sahel Working Group, 2007, 23 P.
- Échapper au cycle de la faim : les chemins de la résilience au Sahel, Groupe de travail sur le Sahel, septembre 2011, 124 P.

[2] Cf. SAHEL : Les donateurs commencent à mettre à profit les leçons du passé. http://www.irinnews.org/fr/Report/94805/SAHEL-Les-donateurs-commencent-%C3%A0-mettre-%C3%A0-profit-les-le%C3%A7ons-du-pass%C3%A9

[3] Joint Humanitarian Development Framework.