Accueil | Publications | Humanitaires en mouvement | Humanitaires en mouvement n°13 | Améliorer la qualité des projets d’appui à l’équipement médical de structures de santé situées dans les pays en (...)

La revue du Groupe URD

Outils et méthodes

CHS Norme humanitaire fondamentale (CHS)
Pictogrammme Sigmah Logiciel Sigmah
Pictogrammme Reaching Resilience

Reaching Resilience
Pictogrammme brochure Formation Environnement
Pictogrammme brochure Manuel participation
Pictogrammme COMPAS Méthode COMPAS
Pictogrammme globe terrestre "Mission Qualité"
Pictogrammme PRECIS Humatem Méthode PRECIS

Améliorer la qualité des projets d’appui à l’équipement médical de structures de santé situées dans les pays en développement
Barbara Comte & Cathy Blanc-Gonnet

Dans les structures de santé des pays en développement, de très nombreux équipements médicaux ne sont plus fonctionnels. Une proportion importante de ceux-ci semble avoir été fournie, souvent à titre gracieux, par des acteurs de la solidarité internationale. Pour tenter de remédier à cette situation très problématique, l’association Humatem s’est spécialisée dans l’accompagnement des acteurs impliqués dans les projets d’appui à l’équipement médical. Le colloque Equip’aid, organisé par Humatem en partenariat avec HOPE et avec l’appui de l’OMS, a mis en lumière cette nécessité d’améliorer l’aide dans ce domaine. Des pistes concrètes de solutions ont été envisagées, telles que la responsabilisation des acteurs, l’amélioration de la qualité technique des matériels transférés et le renforcement des ressources humaines biomédicales.

Réduire la mortalité infantile, améliorer la santé maternelle, combattre le VIH/SIDA, le paludisme et autres maladies infectieuses : trois des huit Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) visent à favoriser le droit à la santé. Ce droit implique notamment l’existence de structures de santé opérationnelles, bien équipées et accessibles à tous. Aussi, pour atteindre ces OMD, il semble indispensable de renforcer les plateaux techniques des structures de santé actuellement reconnus comme globalement déficients.

Dans ce contexte, les projets d’appui à l’équipement médical portés par les acteurs de la coopération internationale ont toute leur place. Et compte tenu des faibles ressources que les pays en développement peuvent consacrer à de telles acquisitions, mais aussi de la présence limitée de ce matériel sur les marchés locaux, les dons de matériel médical – qui caractérisent la plupart de ces projets – restent un moyen incontournable.

Pourtant, la quantité importante de matériels médicaux non fonctionnels présents dans les structures de santé des pays en développement (PED) appelle à s’interroger sur la responsabilité des pays du Nord, notamment sur l’efficacité de l’aide qu’ils apportent dans le cadre des projets d’appui à l’équipement médical. En effet, de nombreux matériels médicaux, objets de dons, sont fournis incomplets, sans documentation, non révisés, voire déjà en panne ; d’autres sont envoyés sans tenir compte des besoins réels de la structure de santé destinataire, de l’avis des autorités locales ou de l’environnement local (ressources humaines, infrastructures, niveaux technologiques, ressources financières, etc.). Les données disponibles auprès de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) montrent que seulement 10 à 30% des dons de matériels sont fonctionnels dans leur nouveau contexte d’utilisation. Ce n’est pas surprenant lorsque l’on sait que seulement 15% des pays appliquent les principes directeurs proposés par l’OMS sur les dons d’équipements médicaux.

Une problématique au cœur des discussions internationales

Humatem [1], HOPE et la FHF ont organisé, comme point d’orgue d’un programme d’actions financées par EuropeAid et avec l’appui de l’OMS, la première édition du colloque international « Equip’aid – Partager pour améliorer l’offre de soins » les 19 & 20 novembre 2013 à Chamonix Mont-Blanc. Ce colloque fondateur a réuni, pour la première fois, 183 acteurs de 33 pays différents, tous concernés par les projets d’appui à l’équipement médical dans les actions de solidarité internationale (représentants de la société civile des pays du Nord, des pays en transition et en développement, organisations internationales, établissements de santé donateurs et receveurs de matériel médical, entreprises du secteur des technologies médicales, experts, instituts de formation, chercheurs, acteurs et représentants étatiques). Cet événement a permis :

  • de partager des informations et des expériences, en favorisant le dialogue entre les acteurs des projets d’appui à l’équipement médical ;
  • de dégager des synergies en examinant les différentes pratiques et politiques du transfert et de la mise à disposition de matériels médicaux ;
  • de faciliter une réflexion transversale sur les problématiques du secteur dans une volonté d’amélioration des pratiques.

Les conclusions de ce colloque [2] vont dans le sens d’une nécessaire amélioration de la qualité des projets d’appui à l’équipement médical selon les axes suivants :

 

  • Ajouter de la qualité et de la responsabilité dans les projets

Les hôpitaux et industriels des pays plus avancés devraient apprendre à donner de manière plus citoyenne et plus responsable, et en particulier mieux sélectionner les matériels médicaux qu’ils souhaitent céder (fonctionnels, complets, non périmés, non obsolètes).
Les porteurs de projet devraient, quant à eux, interroger leurs pratiques, redonner une place centrale au partenariat et suivre une méthodologie de projet structurée et spécifique aux projets d’appui à l’équipement médical. Ils devraient par exemple s’engager, avec leur structure de santé partenaire, autour de conventions de partenariat qui formalisent les responsabilités de chacun et prévoient des articles spécifiques concernant la logistique du projet mais aussi la formation du personnel, la maintenance, etc. Autant de points clés souvent oubliés.
Ils devraient privilégier l’acquisition de technologies médicales appropriées pour les PED, c’est-à-dire des équipements dont la mise en œuvre et la maintenance sont plus faciles et qui présentent des coûts d’exploitation réduits. D’ailleurs, l’OMS sensibilise les industriels, les centrales d’achat, les ONG, les instituts de recherches, etc., à concevoir, produire et fournir des équipements médicaux véritablement adaptés aux réalités du terrain. Peu nombreuses sont encore les technologies de ce type disponibles sur le marché, mais celles-ci méritent déjà d’être prises en compte dans les projets d’appui à l’équipement médical et une veille technologique doit être organisée.
Enfin, les porteurs de projet devraient privilégier l’acquisition de matériel disponible sur le marché local de manière à favoriser l’économie du pays.


[1] Pour plus d’informations sur l’association : www.humatem.org

[2] Consultables au travers des actes du colloque interactif disponibles sur www.humatem.org et sur www.equipaid.org