Accueil | Newsletter | Capitaliser sur les initiatives innovantes soutenues par la Fondation de France dans le cadre de la reconstruction post-séisme au Népal

La revue du Groupe URD

Outils et méthodes

CHS Norme humanitaire fondamentale (CHS)
Pictogrammme Sigmah Logiciel Sigmah
Pictogrammme Reaching Resilience

Reaching Resilience
Pictogrammme brochure Formation Environnement
Pictogrammme brochure Manuel participation
Pictogrammme COMPAS Méthode COMPAS
Pictogrammme globe terrestre "Mission Qualité"
Pictogrammme PRECIS Humatem Méthode PRECIS

Capitaliser sur les initiatives innovantes soutenues par la Fondation de France dans le cadre de la reconstruction post-séisme au Népal

Pour faire suite à son séminaire organisé le 17 décembre 2015 sur le thème “How can the Build Back Better and Safer commitment become a real achievement in Nepal ?”, la Fondation de France a chargé le Groupe URD de mettre en œuvre un processus de capitalisation de l’expérience népalaise de reconstruction post-séisme. Cette mission sera étalée sur une période de deux ans.

Dans le cadre de cette initiative démarrée début 2016 et qui devrait s’achever fin 2017, l’action du Groupe URD fait suite à un triple constat de la Fondation de France : la demande d’appui technique nécessaire à la reconstruction du pays est importante et beaucoup d’ONG népalaises impliquées dans le processus de reconstruction rencontrent des difficultés d’ordre méthodologique pour gérer les projets et manquent de compétences techniques locales.
En outre, l’action sur place est complexifiée par le cadre d’action, caractérisé par une forte réglementation mais disposant de très peu de moyens. Les acteurs locaux ont cependant plusieurs atouts, bénéficiant de leur fort enracinement local et mettant en œuvre des approches innovantes qu’il convient de capitaliser.

Face à cette situation, les discussions engagées entre la Fondation de France et le Groupe URD ont permis d’aboutir à un processus itératif de capitalisation autour de l’expérience népalaise de la Fondation de France. Cela permettra d’une part de tirer des enseignements utiles pour les ONG actuellement impliquées sur le terrain népalais, pour les futures missions de la Fondation de France, et pour les différents acteurs de la solidarité internationale ; et d’autre part de nourrir les débats sur l’action en contexte post-crise, et sur la collaboration avec les acteurs humanitaires et de développement locaux.