Accueil | Newsletter | Colloque à la Sorbonne sur la « climatisation » du monde, les 9 et 10 juin 2016

La revue du Groupe URD

Outils et méthodes

CHS Norme humanitaire fondamentale (CHS)
Pictogrammme Sigmah Logiciel Sigmah
Pictogrammme Reaching Resilience

Reaching Resilience
Pictogrammme brochure Formation Environnement
Pictogrammme brochure Manuel participation
Pictogrammme COMPAS Méthode COMPAS
Pictogrammme globe terrestre "Mission Qualité"
Pictogrammme PRECIS Humatem Méthode PRECIS

Colloque à la Sorbonne sur la « climatisation » du monde, les 9 et 10 juin 2016

Les 9 et 10 juin prochains, un colloque sur le thème « Retour sur la COP21 : où en est la « climatisation » du monde ? » se tiendra à l’université de la Sorbonne. Ce colloque est initié par l’IFRIS, le pôle Gouvernance environnementale et controverses sociotechniques de l’ISCC, le Centre Alexandre Koyré et la Région Île-de- France dans le cadre du projet d’ethnographie collective ClimaCOP. A cette occasion, François Grünewald représentera le Groupe URD lors de la table ronde du 10 juin, organisée de 13h30 à 15h15, et intitulée « L’urgence climatique, contrainte ou opportunité pour le système d’aide au développement ? ».

Depuis plusieurs années, une hypothèse sous-jacente à de nombreuses crises est que les changements climatiques ont commencé à influer les dynamiques de conflit et la phénoménologie des désastres.

Cette situation est de plus en plus visible avec :

  • d’un côté, la crise du Darfour, présentée par certains comme la première crise due au changement climatique ou la crise de Syrie, arrivant après une période de dure sécheresse ayant accéléré les mouvements vers les villes ;
  • de l’autre, les trajectoires et saisonnalités inhabituelles des cyclones, l’augmentation des évènements de type « black swans ».

Ceci implique à la fois une plus grande attention à donner à la compréhension, à l’alerte, mais aussi aux processus de réponse. Cette situation a par ailleurs permis que les acteurs de développement accordent une plus grande importance aux facteurs de risques.

Les dynamiques impulsées par Sendai, l’accord sur les objectifs de développement durable, la COP21 et le tout récent « Somment humanitaire mondial » ont fait apparaitre trois grands enjeux :

  • l’importance de l’agenda de la résilience, qui commence, depuis son lancement en 2008, à percoler dans les pratiques des acteurs et des bailleurs ;
  • l’enjeu de la préparation des capacités des acteurs nationaux et locaux pour la préparation et la réponse aux catastrophes, comme un enjeu clé de développement, alors que ces sujets ont pendant longtemps été surtout traités par les humanitaires ;
  • l’enjeu du « Glocal » le plus local possible la plupart du temps, le plus international quand nécessaire. L’effet COP est pour l’instant beaucoup de l’ordre du mantra pour les acteurs de l’aide classique, car les sujets étaient déjà là, en termes de réponse. Le grand progrès est dans l’importance donnée aux éléments « énergie, réduction de l’empreinte carbone » à la fois par les gouvernements et par le secteur privé

Le Groupe URD travaille depuis longtemps sur ces sujets, notamment sur la partie « gestion du risque ». Il continuera de s’y investir, avec par exemple toute une branche à développer sur la gestion des « black swans ».

En savoir plus sur l’événément.