La revue du Groupe URD

Outils et méthodes

CHS Norme humanitaire fondamentale (CHS)
Pictogrammme Sigmah Logiciel Sigmah
Pictogrammme Reaching Resilience

Reaching Resilience
Pictogrammme brochure Formation Environnement
Pictogrammme brochure Manuel participation
Pictogrammme COMPAS Méthode COMPAS
Pictogrammme globe terrestre "Mission Qualité"
Pictogrammme PRECIS Humatem Méthode PRECIS

Comment envisager la résilience face aux changements climatiques en Haïti ?
Richener NOËL

Les changements climatiques ont déjà eu des conséquences remarquablement dommageables pour Haïti en raison d’une vulnérabilité environnementale de grande ampleur et d’un système de gestion des risques et des désastres peu organisé. Les catastrophes naturelles (inondations, sécheresses, cyclones), plus fréquentes ces dernières années, liées à ce phénomène planétaire, devraient par ailleurs continuer à augmenter en nombre et en intensité au cours des années et des décennies à venir. Cet article résume le rapport de recherche commandité par Oxfam (2013) qui décrit les enjeux de ce phénomène pour Haïti en abordant les secteurs à renforcer dans le cadre de la mise en place d’une stratégie de renforcement de la résilience. Il cite également d’autres rapports de recherche et d’évaluation, en complément du rapport d’Oxfam, notamment à propos des thématiques de l’environnement et des changements climatiques.

 Changements climatiques : un phénomène qui a changé la donne en Haïti

Le rapport intitulé « Adaptation aux changements climatiques : le cas d’Haïti » [1] montre dès les premières pages que ce phénomène a déjà eu des répercussions négatives sur Haïti, et devrait constituer, selon les prévisions, une réelle menace dans les prochaines années et décennies. Entre 1973 et 2003, une augmentation de 1°C de la température moyenne de l’atmosphère a été enregistrée au niveau local [2]. Les manifestations de cette augmentation de température sont pour cette période : une pluviométrie atypique avec des saisons pluvieuses retardées, des saisons sèches plus longues, une rareté des pluies dans certaines périodes et une abondance dans d’autres. On a également noté une augmentation des cyclones qui deviennent dans le même temps plus violents. Les inondations liées à cette pluviométrie atypique, et consécutives aux passages des cyclones, ont elles aussi connu une augmentation fulgurante : Haïti a subi ces dernières années un nombre important d’inondations qui ont provoqué d’énormes dégâts matériels et des pertes en vies humaines (notamment en 2004 et 2008 suite au passage successif de plusieurs cyclones). Le rapport commandité par Oxfam cite le quatrième rapport d’évaluation du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) qui souligne que dans les années 90, 35 % des cyclones ont été classés catégorie 4 ou 5 contre 20 % dans les années 70 [3]. Haïti se trouve en effet dans la trajectoire de prédilection des cyclones de l’Atlantique qui surgissent généralement sur le continent américain via le bassin des Caraïbes. Les changements climatiques ont enfin d’autres conséquences néfastes directes comme l’augmentation du niveau de la mer qui risque d’immerger et saliniser les terres à très basse altitude situées à proximité de la mer.

En termes de prévision, « Il a été projeté pour le pays une augmentation de température jusqu’à 1 degré pour l’année 2030 et 1,7 degré pour l’année 2060 avec de plus grands pics d’augmentation en juin pour 2030 et en juin-juillet pour l’année 2060 » [4]. On prévoit aussi une nette tendance à la baisse de la pluviométrie selon divers scénarii : des projections annoncent une diminution de 20% de la pluviométrie en 2030, et de 39% en 2060.

 

Projections de changements au niveau des températures moyennes annuelles (oC) et des chutes de pluie (%)
dans l’océan Atlantique et la mer des Caraïbes

Source : Murari Lal, Hideo Harasawa et Kiyoshi Takahashi, Future Climate Change and its Impacts Over Small Island States, in Climate Research 19 (2002) : 179-192, cité par le rapport d’Oxfam


[1] Brawan Singh et Marc J. Cohen, Adaptation aux changements climatiques : le cas d’Haïti, Oxfam América et Université de Montréal, mars 2014. Disponible à l’adresse suivante : http://www.oxfam.org/sites/www.oxfam.org/files/rr-climate-change-resilience-haiti-260314-fr.pdf

[2] Ces données sont issues du ministère de l’Agriculture des Ressources naturelles et du Développement rural (MARNDR) d’Haïti.

[3] R.K. Pachauri, R.K. et A. Reisinger, eds. Contribution of Working Groups I, II and III to the Fourth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change. Geneva : IPCC, 2007. http://www.ipcc.ch/publications_and_data/publications_ipcc_fourth_assessment_report_synthesis_report.htm

[4] Ces données ont aussi été publiées par Joseph Ronald Toussaint (2012), Haïti : Évaluation environnementale et des changements climatiques en Haïti, pour le compte du Fond international de Développement agricole (FIDA). http://operations.ifad.org/documents/654016/0/Haiti+-+Environment+and+climate+change+assessment/24f0c1b5-9117-4fcd-960e-e32c1b6ecf7b