Accueil | L’Observatoire Haiti | Nos actions | Lettre de l’Observatoire | Lettre de l’Observatoire Haïti n°11, juin 2014 | « Construire la ville », premier Forum urbain national (10 au 18 (...)

La revue du Groupe URD

Outils et méthodes

CHS Norme humanitaire fondamentale (CHS)
Pictogrammme Sigmah Logiciel Sigmah
Pictogrammme Reaching Resilience

Reaching Resilience
Pictogrammme brochure Formation Environnement
Pictogrammme brochure Manuel participation
Pictogrammme COMPAS Méthode COMPAS
Pictogrammme globe terrestre "Mission Qualité"
Pictogrammme PRECIS Humatem Méthode PRECIS

« Construire la ville », premier Forum urbain national (10 au 18 mars 2014)
Le Comité Interministériel d’Aménagement du Territoire (CIAT) implique les citoyen(ne)s dans les solutions faux aux problèmes de la ville

L’Observatoire a participé aux activités organisées par le Comité Interministériel d’Aménagement du Territoire (CIAT) en mars dernier. Le Forum a été l’occasion de constater la volonté du CIAT pour prendre en compte les points de vue des citoyen(ne)s face aux problèmes de leurs villes. Une semaine après cet événement, le CIAT organisait un atelier de travail sur la réforme foncière permettant aux différents corps professionnels impliqués - notaires, arpenteurs, anthropologues et sociologues - d’entamer un nécessaire dialogue.

Une partie du Forum (12 et 13 mars) était consacrée à trois grandes conférences officielles réunissant entre autres membres de la société civile, citoyens et usagers des villes ou encore cadres de certains ministères et organismes publics. Les participants ont développé dans la première session le thème de la « croissance urbaine » et ont tour à tour donné leurs points de vue sur la « macrocéphalie urbaine » de Port-au-Prince, les mais aussi les limites des villes, les enjeux et défis de l’extension des villes, la nécessité des plans de zonage, les impacts de l’extension des villes sur l’environnement et la gouvernance de la croissance urbaine.

Le Forum ne constituait pas un panel d’experts sur les problématiques des villes en Haïti. Il s’agissait plutôt d’un espace ouvert où il était essentiellement question d’entendre la population et surtout d’encourager les citoyen(ne)s à s’approprier le débat sur la ville. Ceux-ci ont tous montré une prise de conscience de la complexité et de l’intérêt de la question urbaine.

Toutefois, malgré l’effort déployé pour faire entendre la parole citoyenne sur la ville, trop peu de représentants des quartiers défavorisés des grandes villes du pays ont pu faire valoir leur point de vue.