Accueil | Publications | Humanitaires en mouvement | Humanitaires en mouvement n°5 | Crises et souffrances psychiques : les programmes psychosociaux apportent des réponses

La revue du Groupe URD

Outils et méthodes

CHS Norme humanitaire fondamentale (CHS)
Pictogrammme Sigmah Logiciel Sigmah
Pictogrammme Reaching Resilience

Reaching Resilience
Pictogrammme brochure Formation Environnement
Pictogrammme brochure Manuel participation
Pictogrammme COMPAS Méthode COMPAS
Pictogrammme globe terrestre "Mission Qualité"
Pictogrammme PRECIS Humatem Méthode PRECIS

Crises et souffrances psychiques : les programmes psychosociaux apportent des réponses
Claire Pirotte

Face à un évènement de grande ampleur, la plupart des individus surmontent le choc. D’autres plus vulnérables ont besoin d’aide pour se reconstruire psychologiquement sinon ils souffriront et pèseront sur leur sociétés par inaptitudes ou déviances diverses. Les programmes psychosociaux adaptés à chaque contexte culturel visent autant à aider les individus que les sociétés. Si la nécessité de ces programmes n’est plus à démontrer, les méthodes, objectifs spécifiques et moyens de les évaluer justifient des recherches approfondies.

Si les idées se sont clarifiées ces dernières années sur la nécessité et surtout l’usage des volets psychosociaux dans les programmes d’aide humanitaire, pour beaucoup un aspect nébuleux persiste tant les programmes sont polymorphes.

La prise en charge des sujets atteints de PTSD (Posttraumatic Stress Disorder), l’ancêtre historique du travail psychosocial, a laissé une trace portant l’empreinte de la psychiatrie qui dénature encore dans bien des esprits les objectifs et les méthodes de ces programmes.

Il existe souvent une confusion entre santé mentale et maladie mentale. La santé mentale est une notion globalisante qui ne fait pas seulement référence à l’absence de maladie ; la prise en charge de la maladie est réalisée par un médecin, et se concentre sur le diagnostic et le traitement d’une pathologie psychiatrique répertoriée chez un individu [1].

C’est vers les années 1980 qu’apparaît la notion de psychiatrie humanitaire et beaucoup plus tardivement celle de programmes psychosociaux.
Aujourd’hui les projets de santé mentale mis en place dans les contextes de conflits et de post conflits sont influencés par deux dimensions : une médico-psychologique plus individuelle et une socio-anthropologique plus collective faisant appel à la notion de « bien être social ».


[1] De nombreuses références sont faites au livre de Evelyne Josse : « Interventions humanitaires en santé mentale dans les violences de masse », Ed DE BOECK, coll crisis, 2009.