Accueil | Activités | Recherche | Le projet RESILIENCE

La revue du Groupe URD

Outils et méthodes

CHS Norme humanitaire fondamentale (CHS)
Pictogrammme Sigmah Logiciel Sigmah
Pictogrammme Reaching Resilience

Reaching Resilience
Pictogrammme brochure Formation Environnement
Pictogrammme brochure Manuel participation
Pictogrammme COMPAS Méthode COMPAS
Pictogrammme globe terrestre "Mission Qualité"
Pictogrammme PRECIS Humatem Méthode PRECIS

Le projet RESILIENCE
Etude des interactions entre adaptations aux changements climatiques, stratégies de réduction des risques de désastre et politiques de réduction de la pauvreté, mars 2010-mars 2013

Le projet intitulé « RESILIENCE » – Risk Education and Social Interactive Learning through Integrating Experiences, Networking and Coordination in Europe –, financé par la Commission européenne pour une durée de 30 mois, a été mené par une équipe pluridsciplinaire résultant d’un partenariat entre le Groupe URD, l’Université de Wageningen et CARE Nederland. Ce travail de recherche s’est effectuée sur trois terrains, à savoir la Bolivie, l’Éthiopie et l’Indonésie, les projets de CARE faisant office de terrain d’expérimentation.

 

 Description du projet de recherche et des activités menées

Le projet « Résilience » vise principalement à analyser la résilience des populations aux crises environnementales et climatiques, et plus précisément à « explorer, saisir et échanger sur les stratégies et les processus d’acteurs étatiques et non étatiques, pour une programmation efficace qui s’adapte au changement climatique, à la réduction des risques et la réduction de la pauvreté, avec un accent particulier sur les institutions européennes ».

Une série de six études de terrain a été menée entre juillet 2010 et novembre 2011 dans chacune des trois régions focales du projet RESILIENCE – Kalimantan, en Indonésie ; Pando, en Bolivie ; Borana, en Éthiopie. Elles ont permis d’identifier les stratégies de résilience mises en œuvre par les populations locales face à différents types de catastrophes naturelles : les feux de forêt en Indonésie, les inondations en Bolivie, la sécheresse en Éthiopie. Elles ont également permis d’analyser les vulnérabilités environnementales, économiques, sociales et politiques des populations locales et de comprendre les interactions entre les différentes parties prenantes : communautés locales, acteurs de la société civile, secteur privé, autorités locales ou encore institutions gouvernementales.

Chaque étude de terrain s’est doublée de conférences de restitution et de discussion des résultats pour l’ensemble des parties prenantes. Ces conférences ont été l’occasion de confronter l’ensemble des points de vue, de révéler les contraintes propres à chacun et d’identifier les obstacles à surmonter pour assurer une meilleure coopération des acteurs, et un renforcement de la résilience des populations face aux catastrophes naturelles et aux changements climatiques.

Le 24 novembre 2011, une conférence de travail a rassemblé à Bruxelles les principaux acteurs européens de la réduction des risques de désastres, de l’adaptation au changement climatique et de la réduction de la pauvreté. L’un des objectifs fut de produire des recommandations pour rendre l’intégration de la réduction des risques de désastres et de l’adaptation au changement climatique dans les programmes de réduction de la pauvreté directement applicable dans la politique d’aide au développement de l’Union européenne, recommandations qui pourraient être intégrées dans son plan de financement 2014-2020.

Du 29 au 31 octobre 2012, les 8èmes universités d’automne de l’humanitaire, organisées par le Groupe URD, ont rassemblé une trentaine de spécialistes. L’ensemble des débats sont retranscrits dans le n°11 de la revue Humanitaires en mouvement.

Enfin, les 26 et 27 février 2013, un atelier d’échanges d’expériences a été organisé à Dakar avec une soixantaine de participants, sur le thème "La résilience : du concept global aux spécificités sahéliennes".

 De nouveaux outils à destination des professionnels de l’aide

S’appuyant sur ces études et ateliers, les outils suivants ont été développés :

  • Un manuel à destination des décideurs politiques, des étudiants et professionnels sur les enjeux de la résilience et la manière dont elle peut être intégrée dans des projets, des programmes et des politiques. Le manuel tire ses exemples des trois études de cas et des expériences partagées par les praticiens travaillant sur la résilience.
  • « Reaching Resilience » un jeu éducatif, communément appelé « Serious Game », destiné à aider les praticiens à façonner leur projet lié à la résilience en posant une série de questions basées sur des critères et des indicateurs, issus du manuel.
    • S’auto-former sur les concepts, les défis de la Résilience et les questions soulevées
    • Rendre opérationnels ces éléments à chaque phase du cycle de projet, en se mettant dans la peau d’un acteur humanitaire
  • Des courts métrages, ciblant un public plus large. Chaque film offre un aperçu du contexte de chacune des études de cas et met en avant les points clés contribuant à améliorer la résilience des communautés locales.
    • Comment les communautés vivent-elles avec les catastrophes naturelles ?
    • Comment les acteurs inter-agissent dans le processus de renforcement de la résilience ?

 

L’ensemble de ces outils ainsi qu’un forum de discussion entre experts sont disponibles sur le site Internet :