Accueil | Publications | Humanitaires en mouvement | Humanitaires en mouvement n°4 | Eau et assainissement en sortie de crise : entre urgence et développement

La revue du Groupe URD

Outils et méthodes

CHS Norme humanitaire fondamentale (CHS)
Pictogrammme Sigmah Logiciel Sigmah
Pictogrammme Reaching Resilience

Reaching Resilience
Pictogrammme brochure Formation Environnement
Pictogrammme brochure Manuel participation
Pictogrammme COMPAS Méthode COMPAS
Pictogrammme globe terrestre "Mission Qualité"
Pictogrammme PRECIS Humatem Méthode PRECIS

Eau et assainissement en sortie de crise : entre urgence et développement
Julie Patinet

Le secteur de l’eau et de l’assainissement n’échappe pas aux problématiques « classiques » qui préoccupent les acteurs dans la phase de sortie de crise, bien au contraire : nécessité de disposer de diagnostics initiaux de qualité, positionnement vis-à-vis de l’Etat, financement de la phase entre urgence et développement, transition anticipée des logiques d’assistance vers un recouvrement des coûts, coordination. Entre maillage de savoirs faire et incompréhension réciproque, les agences humanitaires et de développement peuvent-elles mieux travailler ensemble ?

  Sommaire  

Le secteur de l’Eau et de l’Assainissement dans la phase de sortie de crise a fait l’objet d’un séminaire en janvier 2009. Les conclusions sont maintenant publiées dans la collection « Savoirs Communs » dirigée par l’Agence Française de Développement.

Avec le changement climatique et l’augmentation prévisible des pressions urbaines, les problématiques d’accès à l’eau potable – et pas seulement à la ressource en eau brute - et d’assainissement du milieu deviennent de plus en plus prégnantes. Pendant la phase de reconstruction, il devient indispensable de réfléchir ces questions WASH [1] selon une logique de long terme : les différentes familles d’acteurs doivent additionner leurs énergies et leurs compétences respectives, afin de développer les techniques et les approches appropriées, c’est-à-dire permettant un accès à l’eau et à l’assainissement pérenne aux populations affectées par la crise. La qualité de la transition entre urgence et développement est fondamentale.

Cet article est produit à partir des discussions et des conclusions du séminaire des 12 et 13 janvier 2009, co-organisé à Paris par l’AFD et le Groupe URD. Capitalisant les expériences et les préoccupations des professionnels du secteur, cette rencontre a permis d’une part de produire très rapidement un document collectif de synthèse et de communication sous l’égide du Partenariat Français pour l’Eau, porté au forum mondial de l’Eau d’Istanbul en mars 2009. D’autre part, ce séminaire a fourni le contenu à un numéro de « Savoirs Communs » disponible en téléchargement sur le site de l’AFD et du Groupe URD.
Au-delà de ces enjeux de communication, l’objectif était aussi de progresser dans l’interconnaissance, ce qui a permis de produire collectivement des recommandations réellement opérationnelles pour l’ensemble des acteurs, y compris pour les bailleurs.

Avant toute chose, il convient de souligner que la finalité de ce type de séminaire, à travers les débats techniques et institutionnels, est bien l’amélioration de l’accès des populations affectées par la crise - de toutes et tous - à des services d’eau potable et des dispositifs d’assainissement adaptés. La couverture de ces besoins essentiels devrait toujours pouvoir s’effectuer dans le respect des spécificités socioculturelles des populations.

 Quelques constats…

Au travers des expériences des uns et des autres, quelques constats ont été posés.
Tout d’abord, la majorité des crises sont devenues aujourd’hui complexes, durables et imprévisibles dans leur durée. La fourniture d’eau en bouteille est finalement exceptionnelle. Les humanitaires interviennent de plus en plus dans des crises qui durent et dans lesquelles il faut remettre en place les équipements (pompes par exemple) et outils qui ont été conçus pour être durables, tout en les adaptant aux nouveaux contextes.
Ensuite, il apparaît que, même après 2008 année internationale de l’assainissement, ce volet demeure le parent pauvre des programmes. Or nous savons qu’en termes d’impact sanitaire, sur la santé et le développement, l’accès à l’eau potable est indissociable d’un assainissement efficace et décent.


[1] WASH : water, sanitation and hygiene : eau, assainissement et hygiène.