La revue du Groupe URD

Outils et méthodes

CHS Norme humanitaire fondamentale (CHS)
Pictogrammme Sigmah Logiciel Sigmah
Pictogrammme Reaching Resilience

Reaching Resilience
Pictogrammme brochure Formation Environnement
Pictogrammme brochure Manuel participation
Pictogrammme COMPAS Méthode COMPAS
Pictogrammme globe terrestre "Mission Qualité"
Pictogrammme PRECIS Humatem Méthode PRECIS

Editorial

Automne 2009, le Groupe URD préparait une nouvelle mission en Haïti dans le cadre de l’évaluation « Cluster II ». Au message d’envoi du rapport, le 10 Janvier 2010 (IASC Cluster evaluation http://www.humanitarianinfo.org/ias...), est revenu un message d’erreur : le séisme venait d’avoir lieu. Depuis, nous avons mené plus de 15 missions dans le pays, couvrant à peu près tous les thèmes de la préparation aux catastrophes, de la réponse humanitaire, de la reconstruction, de la sécurité alimentaire. L’idée de l’observatoire, née après nos évaluations à un et à trois mois après le séisme, prenait forme dans le cadre de la Task Force sur les évaluations en Haïti, avec le réseau des évaluations de l’OCDE, le Groupe des Evaluations des Nations Unies (UNEG) et le réseau ALNAP. Depuis, l’observatoire fonctionne : trois règles d’or : rigueur dans la collecte d’informations et leur analyse, indépendance totale, tant envers les acteurs qu’envers les bailleurs, capacité de pensée « out of the box » et au-delà des clichés qui accompagnent l’aide humanitaire ou de développement. Ni complaisance, ni « aid bashing », mais empathie critique, sympathie sans concession, envie d’induire et d’accompagner le changement. Les nombreux messages positifs d’appréciation que nous avons reçu d’ONG humanitaires, d’agences de développement, de nombreux bailleurs de fonds et d’institutions haïtiennes montent que notre approche est la bonne. Caroline Broudic, qui a été l’âme de notre Observatoire avec une magnifique équipe de chercheurs haïtiens et internationaux quitte l’Observatoire en Septembre et nous savons ce que nous lui devons. 7 newsletters, plusieurs sessions de formation, de nombreux articles, un appui sans relâche aux recherches opérationnelles dans lesquelles sa longue expérience haïtienne a été des plus utiles. Elle sera remplacée par une autre très bonne connaisseuse des réalités de l’île, Isabelle Fortin qui rejoindra l’observatoire à l’automne. Bienvenue à elle.

Lieu de dialogue, mais pas d’idéologie, l’Observatoire doit rester marqué par la rigueur face aux faits, ancré dans les réalités du terrain et capable de faire montre de courage institutionnel face aux possibles pressions. Nous avons réussi jusque-là et allons continuer dans cette direction.

François Grünewald Directeur général et scientifique Groupe URD.