Accueil | Newsletter | Un mécanisme de certification humanitaire comme modalité d’amélioration de la qualité de l’aide : sous quelles conditions ?

La revue du Groupe URD

Outils et méthodes

CHS Norme humanitaire fondamentale (CHS)
Pictogrammme Sigmah Logiciel Sigmah
Pictogrammme Reaching Resilience

Reaching Resilience
Pictogrammme brochure Formation Environnement
Pictogrammme brochure Manuel participation
Pictogrammme COMPAS Méthode COMPAS
Pictogrammme globe terrestre "Mission Qualité"
Pictogrammme PRECIS Humatem Méthode PRECIS

Un mécanisme de certification humanitaire comme modalité d’amélioration de la qualité de l’aide : sous quelles conditions ?

En partenariat avec la commission humanitaire de Coordination Sud, le Groupe URD organise un atelier de réflexion sur la certification humanitaire le 20 septembre à Paris.

Le projet de certification porté par le Steering Committee for Humanitarian Response (SCHR) explore actuellement les potentiels bénéfices et limites d’un mécanisme de certification pour améliorer la qualité, l’efficacité et la redevabilité des actions humanitaires. Fin juin 2013, lors du Humanitarian Standards Forum de Genève, un premier état des lieux a été présenté et discuté. Les premières esquisses de ce que pourrait être ce mécanisme commencent à émerger. Le Groupe URD, Coordination Sud et certaines ONG françaises comme Handicap International se sont intéressés de près à ce processus. Des demandes de clarification ont été faites, l’attention portée sur les risques éventuels, les objectifs et modalités questionnées.

Pour d’approfondir ces questions d’une grande actualité et d’importance pour l’avenir du secteur, la commission humanitaire de Coordination Sud et le Groupe URD organisent une journée de travail, réunissant des représentants d’organisations humanitaires françaises, afin de poursuivre la réflexion et d’envisager un positionnement français sur le sujet.

Trois questions nous semblent particulièrement cruciales :
  • La pertinence d’une certification : quel usage pourrions-nous faire, quels avantages pourrions-nous tirer d’un mécanisme de certification de la qualité dans le champ humanitaire ?
  • Sur quel référentiel ce mécanisme devrait-il se baser ? Quelles dimensions permettraient de qualifier les organisations humanitaires de façon juste et tout à la fois respectueuse de la diversité ? Quelle place pour les principes humanitaires, les critères de performance des réalisations, les enjeux de management, etc. ?
  • Quel mécanisme pourrait se mettre en place, qui serait légitime et crédible pour certifier ? Quelle place pour les organisations humanitaires dans ce mécanisme ? Comment garantir l’indépendance et donc la crédibilité du système ? Qui paierait ? Même si ces questions peuvent sembler précoces, il nous semble qu’elles conditionnent l’intérêt et la faisabilité de l’ensemble de la démarche.

Cet évènement n’est pas public et sera sur invitation nominative.
20 septembre 2013, de 9h30 à 17h
Paris, lieu à confirmer

Pour plus de renseignements, contacter Mme de Geoffroy

En savoir plus également sur l’atelier d’échange "La transparence au sein des ONG de solidarité internationale : enjeux, expériences et perspectives", organisé par Coordination sud le 16 septembre à Paris.