Accueil | Newsletter | Evaluation d’un programme de secours et de réintégration mené par le bureau du PAM en Côte d’Ivoire

La revue du Groupe URD

Outils et méthodes

CHS Norme humanitaire fondamentale (CHS)
Pictogrammme Sigmah Logiciel Sigmah
Pictogrammme Reaching Resilience

Reaching Resilience
Pictogrammme brochure Formation Environnement
Pictogrammme brochure Manuel participation
Pictogrammme COMPAS Méthode COMPAS
Pictogrammme globe terrestre "Mission Qualité"
Pictogrammme PRECIS Humatem Méthode PRECIS

Evaluation d’un programme de secours et de réintégration mené par le bureau du PAM en Côte d’Ivoire

Le Groupe URD se rendra courant juin en Côte d’Ivoire afin de réaliser l’évaluation de l’Intervention Prolongée de Secours et de Redressement (IPSR) « Sauver des vies et les moyens de subsistance, promouvoir la transition » pour les populations rapatriées et les autres populations vulnérables des zones de retour dans la partie occidentale de la Côte d’Ivoire. Cette évaluation se déroule dans le contexte changeant de passage de l’aide d’urgence à la relance et au développement. Plus globalement, elle vise à fournir au PAM des enseignements sur le renforcement de la résilience des populations réfugiées.

Cette évaluation se déroule dans un cadre de retour à la paix et à la stabilité dans tout le pays, favorisant le retour et la réintégration des réfugiés ivoiriens qui ont fui vers les pays voisins pendant la crise post-électorale de 2010. Elle couvrira la période de janvier 2013 à mars 2017, et permettra d’évaluer les effets de l’IPSR sur les populations cibles.

L’IPSR a été conçu pour réagir aux effets de la crise post-électorale qui a entraîné des déplacements internes massifs de population et des sorties vers les pays voisins. Elle vise à répondre aux besoins de secours et à promouvoir une transition vers le rétablissement de plus de 254 000 personnes en Côte d’Ivoire, y compris les rapatriés, les personnes déplacées et autres groupes vulnérables. Elle vise particulièrement à appuyer le rétablissement des moyens de subsistance et la sécurité alimentaire et nutritionnelle des collectivités et des familles touchées par les chocs.