Accueil | Activités | Évaluation | Evaluation des projets financés par la Chaine du Bonheur en Haïti

La revue du Groupe URD

Outils et méthodes

CHS Norme humanitaire fondamentale (CHS)
Pictogrammme Sigmah Logiciel Sigmah
Pictogrammme Reaching Resilience

Reaching Resilience
Pictogrammme brochure Formation Environnement
Pictogrammme brochure Manuel participation
Pictogrammme COMPAS Méthode COMPAS
Pictogrammme globe terrestre "Mission Qualité"
Pictogrammme PRECIS Humatem Méthode PRECIS

Evaluation des projets financés par la Chaine du Bonheur en Haïti
2010 – 2013

De 2010 à 2013, le Groupe URD a réalisé une évaluation itérative des programmes mis en place en Haïti par les partenaires suisses de la Chaine du Bonheur, suite à la catastrophe du 12 janvier 2010. Après avoir réalisé une analyse transversale du contexte, il a évalué l’avancement de ces programmes, afin de favoriser un meilleur suivi, d’identifier d’éventuels besoins de modifications et de créer des synergies entre les partenaires, en favorisant un apprentissage commun. Ce travail s’est découpé en cinq missions sur le terrain, afin de permettre une amélioration progressive. 8 ONG ont été évaluées.

 Qu’est ce que la Chaine du Bonheur ?

Créée en 1946, la Chaîne du Bonheur (Swiss Solidarity (SwS)) est le système de collecte et de solidarité humanitaire de la Suisse. Elle lance des campagnes de collecte de fonds fortement relayées par les médias, avant de redistribuer les fonds collectés à des projets d’aide menés par une trentaine d’associations agréées, en respectant une stricte stratégie de répartition (15% pour l’aide d’urgence, 70% pour la reconstruction et la réhabilitation, 15% pour le développement durable).
Afin d’assurer une confiance maximale des donateurs, elle procède à la fois à un contrôle du financement et de la réalisation des projets qu’elle soutient ainsi qu’à une information régulière du grand public quant à l’utilisation des fonds collectés.

 Un lien fort avec Haïti

C’est dans ce cadre que la SwS a décidé de mettre en place un système de suivi pour les projets de réhabilitation et de reconstruction en Haïti, et de faire appel au Groupe URD. Le séisme en Haïti représente en effet la troisième plus grande collecte de l’histoire de la fondation. La population suisse a depuis de nombreuses années un lien fort avec Haïti. Pour preuve, 16 des 30 partenaires de SwS répondent à la catastrophe et de nombreuses petites organisations offrant des soutiens ciblés à Haïti se manifestent. La majorité des organisations d’entraide suisses agréées (OE) étaient déjà présentes en Haïti et sont directement, où via leur partenaire local, touchées par la catastrophe.

 Un processus d’évaluation itérative multi-projet sur deux ans

Cette évaluation itérative s’est déroulée sur période assez longue, de 2010 à 2013, avec des missions espacées tous les 6 mois, afin d’être à même de soumettre des recommandations en temps réel et d’en suivre les effets sur l’évolution des programmes et des contextes.

Ce travail a porté sur 5 à 6 grands programmes, principalement dédiés à des activités de reconstruction d’habitations permanentes en milieu rural, mais aussi, dans un second temps, de (re)construction d’infrastructures, d’eau et assainissement puis de relance économique.

Une analyse transversale du contexte et de l’avancement des projets (contexte, management, degré de réalisation, de potentiel d’adaptation dans la durée, etc.) a permis de favoriser un meilleur suivi des projets, d’identifier d’éventuels besoins de modifications et d’assurer une utilisation effective et efficace des ressources au sein du fonds séisme Haïti.

A coté de l’accompagnement, cette évaluation itérative vise a permis de créer des synergies entre les partenaires, en favorisant un apprentissage commun.

Voir les vidéos réalisées auprès des ONG partenaires de la Fondation, parties prenantes de cette évaluation : https://vimeo.com/album/2542977, ainsi que quelques temps forts durant la conférence de clôture du projet : https://vimeo.com/83637036.