Accueil | Publications | Humanitaires en mouvement | Humanitaires en mouvement n°6 | Evolution climatique et catastrophes naturelles au Bangladesh : l’humanitaire au défi de la résilience

La revue du Groupe URD

Outils et méthodes

CHS Norme humanitaire fondamentale (CHS)
Pictogrammme Sigmah Logiciel Sigmah
Pictogrammme Reaching Resilience

Reaching Resilience
Pictogrammme brochure Formation Environnement
Pictogrammme brochure Manuel participation
Pictogrammme COMPAS Méthode COMPAS
Pictogrammme globe terrestre "Mission Qualité"
Pictogrammme PRECIS Humatem Méthode PRECIS

Evolution climatique et catastrophes naturelles au Bangladesh : l’humanitaire au défi de la résilience
Camille Raillon

Avec l’évolution du climat, le Bangladesh est affecté par des catastrophes naturelles de plus en plus fréquentes et toujours plus destructrices ; ces catastrophes questionnent les pratiques humanitaires : quelles opportunités pour répondre aux besoins des populations tout en renforçant leurs capacités à faire face aux catastrophes futures ? Cet article dresse un constat des pratiques actuelles et pose les bases d’une approche multi-acteurs à inventer.

Sur la liste rouge des pays les plus à risque au niveau climatique, la prochaine décennie s’annonce au Bangladesh comme un véritable casse tête en matière de réduction des risques et d’adaptation aux changements climatiques. Sur fond de crises économiques, environnementales et sécuritaires qui traversent nos sociétés contemporaines et plus particulièrement des pays à haut risque comme le Bangladesh, le renforcement des capacités de résilience des Nations et des communautés est un sujet complexe. En effet, réduire les risques ne s’arrête pas uniquement à travailler sur la vulnérabilité aux aléas naturels, mais sur un panel de vulnérabilités économiques, sociales et politiques qui rendent ou accroissent la vulnérabilité des individus à ces aléas. En cela, la réduction des risques est au cœur des grands débats et enjeux locaux et globaux pour l’avenir des individus, des États et même de l’humanité toute entière. En effet, le changement climatique, la raréfaction des terres arables, la réduction progressive des ressources en eau potable qui s’accroit, la diminution des ressources naturelles et les migrations massives qui se dessinent questionnent notre avenir à tous. Ainsi une multitude d’acteurs est interpellée pour changer la donne et tenter de limiter « la casse » qui s’annonce.

Dans ce contexte, quelles avancées possibles dans nos pratiques humanitaires au Bangladesh ? Au-delà de la phase d’urgence qui accompagne les catastrophes rapides tels que les cyclones (Cf. Cyclones Sidr et Aila), comment soutenir et renforcer les capacités de résilience des communautés face aux changements climatiques et aux catastrophes naturelles récurrentes dont les causes et les impacts négatifs ne cessent de s’aggraver ?