Accueil | Publications | Humanitaires en mouvement | Humanitaires en mouvement n°17 | Focus bibliographique sur la (re)localisation de l’aide

La revue du Groupe URD

Outils et méthodes

CHS Norme humanitaire fondamentale (CHS)
Pictogrammme Sigmah Logiciel Sigmah
Pictogrammme Reaching Resilience

Reaching Resilience
Pictogrammme brochure Formation Environnement
Pictogrammme brochure Manuel participation
Pictogrammme COMPAS Méthode COMPAS
Pictogrammme globe terrestre "Mission Qualité"
Pictogrammme PRECIS Humatem Méthode PRECIS

Humanitaires en mouvement n°17, N° spécial " Sommet humanitaire mondial "

Focus bibliographique sur la (re)localisation de l’aide

 Appui à l’action humanitaire locale

IASC Transformative Agenda : A Review of Reviews and Their Follow-Up, S. Krueger, A. Derzsi-Horvath, J. Steets, GPPI, Inspire Consortium, janvier 2016, 68 p.
Cette revue a pour objectif d’identifier les leçons apprises depuis la mise en place de l’Agenda Transformatif en 2011 qui était censé donner un nouvel élan à la Réforme Humanitaire de 2005, en renforçant la coordination et la redevabilité dans l’action humanitaire, entre autres. L’analyse montre des progrès significatifs dans la coordination générale d’opérations, des améliorations dans les clusters, en partie grâce au soutien des bailleurs. En revanche, aucun changement notable n’a eu lieu au niveau de la redevabilité envers les populations, au niveau de la sécurité, de la protection ou même de la décentralisation et du partenariat avec les acteurs locaux. Les auteurs de ce rapport terminent par des recommandations en vue du Sommet Humanitaire Mondial : ils préconisent notamment de ne pas lancer une nouvelle réforme mais de consolider l’Agenda Transformatif, d’améliorer ses processus de mise en œuvre et de travailler à combler ses manques.
http://www.gppi.net/fileadmin/user_upload/media/pub/2016/Krueger__Derzsi-Horvath__Steets__2016__IASC_Transformative_Agenda.pdf

World Disasters Report : Focus on local actors, the key to humanitarian effectiveness, IFRC, octobre 2015, 270 p.
Les acteurs locaux sont souvent les plus performants dans la conduite des opérations humanitaires. Pourtant, en dépit de leur rôle crucial, ils peinent à obtenir les fonds et le soutien nécessaires. Le Rapport sur les catastrophes dans le monde 2015 passe en revue les difficultés et les défis auxquels se heurtent ces intervenants dans leurs efforts pour étendre et consolider leur action humanitaire.
Quoique largement reconnue, l’efficacité des organisations humanitaires locales ou nationales n’est pas reflétée dans les structures de financement et de coordination. Les auteurs du rapport observent, par exemple, que seulement 1,6 % des fonds alloués à l’aide humanitaire échoit directement aux ONG nationales et locales. Ils plaident pour une « localisation » de l’assistance et pour des partenariats plus équilibrés entre acteurs internationaux et locaux.
http://ifrc-media.org/interactive/wp-content/uploads/2015/09/1293600-World-Disasters-Report-2015_en.pdf

Localising humanitarian response can help better meet the needs of crisis affected people, James Kisia, Samuel Carpenter, Kenya Red Cross, septembre 2015
Ce court article résume bien la situation concernant la prise en compte des acteurs locaux par le système humanitaire international, que ce soit par les acteurs humanitaires dans la collaboration et le partenariat dans la réponse aux crises ou par les bailleurs dans le financement de l’action humanitaire.
http://www.kenyaredcross.org/index.php/news-event/item/localising-humanitarian-response-can-help-better-meet-the-needs-of-crisis-affected-people

Localising humanitarianism : improving effectiveness through inclusive action, Steven A. Zyck, Hanna B. Krebs, Humanitarian Policy Group, ODI, juillet 2015, 11 P.
Bien que les institutions nationales et les ONG locales contribuent à améliorer les réponses aux crises, elles sont souvent laissées de côté par la communauté humanitaire internationale qui les utilise plutôt en sous-traitance. Or les populations affectées gagneraient bien plus à ce que les réponses internationales tirent partie des avantages et des complémentarités des différents acteurs, qu’ils soient internationaux, nationaux et locaux. Ce document émet des recommandations pour surmonter les obstacles qui empêchent une action humanitaire nationale et locale plus importante.
http://www.odi.org/sites/odi.org.uk/files/odi-assets/publications-opinion-files/9720.pdf

A More Dignified and Equitable Humanitarian System : How to Truly Localize Aid, paper prepared by Adeso on behalf of southern NGO network members, 2015, 7 p.
Ce papier de positionnement a été développé par un groupe d’ONG locales, régionales et nationales du Sud ayant l’objectif de mettre en place un réseau d’ONG du Sud et de changer le système humanitaire en plaçant véritablement les populations au cœur du système. Il propose quatre principales réformes pour promouvoir un partenariat plus efficace entre les acteurs locaux et le système humanitaire international.
http://adesoafrica.org/wp-content/uploads/2015/08/A-More-Dignified-and-Equitable-Humanitarian-System-Global-Southern-NGO...1.pdf

Charter for Change : Localisation of Humanitarian Aid, 2015.
La charte sur la localisation de l’aide, signée par des ONG du Sud et du Nord, réaffirme, entre autres, l’importance d’un partenariat consolidé entre ces différentes ONG, la nécessité de financer directement les ONG du Sud ou d’arrêter de sous-estimer la capacité des ONG nationales.
http://charter4change.org/
http://charter4change.org/blog/

Rhetoric or reality ? Putting affected people at the centre of humanitarian action, Dayna Brown, Antonio Donini, ALNAP Study, ALNAP/ODI, octobre 2014, 88 P.
Cette étude reprend les discussions ayant eu lieu lors de la 29ème réunion annuelle d’ALNAP qui avait pour thème l’intégration des populations affectées par les crises dans l’action humanitaire. Les participants ont abordé les questions autour de l’engagement, de la redevabilité et de la participation des personnes affectées. Tous s’accordent à dire que le « comment » les intégrer à l’action humanitaire est souvent abordé mais pas assez le « pourquoi » de leur intégration. Cette réunion a également insisté sur l’importance d’être plus attentif aux différents acteurs concernés localement, comme les organisations locales, la société civile et les États.
http://reliefweb.int/sites/reliefweb.int/files/resources/alnap-rhetoric-or-reality-study.pdf

Local Partnerships : a guide for partnering with civil society, business and government groups, Mercy Corps, 2011, 50 p.
Ce guide pratique de Mercy Corps présente les différents types de partenariats à mettre en place dans les pays où les ONG interviennent : avec la société civile, les gouvernements locaux, le secteur privé, les différents réseaux, etc. Il présente également des outils pour construire, suivre, évaluer et soutenir ces partenariats, mais aussi leurs impacts et leurs bénéfices.
https://www.mercycorps.org/sites/default/files/mclocalpartnershipsguide.pdf

Manuel de la participation à l’usage des acteurs humanitaires. Pour une meilleure implication des populations affectées par une crise dans la réponse humanitaire, Groupe URD, ALNAP, 2009, 297 p.
Ce manuel donne des conseils détaillés sur ce qu’implique concrètement la participation dans l’action humanitaire. Il se divise en trois parties : la définition d’une stratégie de participation (enjeux centraux, facteurs affectant, construction du respect mutuel, méthodes de communication et conseils pour réexaminer sa stratégie) ; la mise en œuvre de sa stratégie de participation tout au long du cycle de projet (depuis le diagnostic initial jusqu’à l’évaluation finale, en passant par la conception, la mise en œuvre et le suivi) ; une liste d’outils et de ressources complémentaires (livres, sites Internet, etc.).
http://www.urd.org/article/le-manuel-de-la-participation

Bénéficiaires ou partenaires : Quels rôles pour les populations dans l’action humanitaire ? François Grünewald (sous la dir. De), Col. Pratiques humanitaires, Karthala, 2005, 429 p.
A partir des cas de pays qui ont connu de graves crises et qui ont eu ensuite à faire face à la reconstruction, les auteurs réfléchissent au rôle de l’aide humanitaire et, en particulier, à l’articulation entre son action, celle des pouvoirs publics locaux et celle des populations concernées. Il faut, pour définir la participation des populations, répondre à la triple question : comment, quand, avec qui ? Les pays étudiés (Angola, République Démographique du Congo, Guinée, Sierra Leone, Sri Lanka, Afghanistan, Colombie) sont autant de modes culturels, d’histoires des conflits et de réponses de l’aide humanitaire qui illustrent les modes très variables de participation des bénéficiaires observés tout au long des crises et qui aideront l’ensemble des acteurs de l’aide Internationale à réfléchir.
http://www.urd.org/Beneficiaires-ou-partenaires-quels


En savoir plus

Focus biblio : la (re)localisation de l’aide, Humanitaires en mouvement n°17, mai 2016