Accueil | Newsletter | Jean-Pierre Cabouat

La revue du Groupe URD

Outils et méthodes

CHS Norme humanitaire fondamentale (CHS)
Pictogrammme Sigmah Logiciel Sigmah
Pictogrammme Reaching Resilience

Reaching Resilience
Pictogrammme brochure Formation Environnement
Pictogrammme brochure Manuel participation
Pictogrammme COMPAS Méthode COMPAS
Pictogrammme globe terrestre "Mission Qualité"
Pictogrammme PRECIS Humatem Méthode PRECIS

Jean-Pierre Cabouat
Responsable des relations internationales de la Croix-Rouge française de 1990 à 2005

Jean-Pierre Cabouat
Responsable des relations internationales de la Croix-Rouge française de 1990 à 2005

Le Groupe URD fête cette année ses 20 ans. Pouvez-vous vous présenter et nous en dire plus sur le rôle que vous avez pu jouer dans l’histoire du Groupe URD ?

Je connais le Groupe URD depuis sa fondation. J’ai eu le plaisir et le privilège de rencontrer ses responsables et d’échanger des vues avec eux durant de nombreuses années, d’abord en ma qualité de responsable des relations internationales de la Croix-Rouge française, puis de membre de la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH) et du collectif « Enfants victimes du Tsunami de l’océan indien ».
Cela m’a valu de travailler avec eux à de nombreuses reprises, d’apprécier leur ouverture d’esprit, le sérieux de leurs méthodes, et de leurs activités pratiques sur le terrain.

Avez-vous une anecdote à partager ?

Une anecdote ? Non, pas vraiment, mais plutôt une image et un profil du Groupe URD très original dans la famille « humanitaire », dans ses méthodes de travail, le Groupe URD étant en permanence sur le terrain. Cette présence ne me semble pas au demeurant mettre en cause à aucun titre son indépendance. Il a su conserver sa liberté de jugement et d’expérience dans les différentes organisations et organes dont il est membre.

Quelle est votre perception du Groupe URD ? Comment percevez vous son rôle, son positionnement, ses spécificités ?

Il mène une action transversale dégagée de tout préjugé et de lourdeur administrative – ce qui lui permet d’approcher et d’appréhender les hommes et les problèmes de l’action et de la réflexion humanitaire en toute indépendance, d’être présent sur le terrain sans aliéner sa liberté d’action et de réflexion, d’apporter ainsi une contribution originale dans les grands débats de l’action humanitaire française et internationale – liberté d’expression consubstantielle à sa raison.

Le Groupe URD a su préserver cette indépendance avec opiniâtreté au fil des années et évité d’être embourbé dans les contraintes administratives et bureaucratiques, voire politiques et dans les querelles récurrentes que connaît la famille humanitaire française.

Je n’ai malheureusement pas eu la possibilité de me rendre à la Fontaine des marins pour participer à certaines des réflexions et à des colloques auxquels j’avais été convié mais mon impression a toujours été admirative. Je connais évidemment la part personnelle que François Grünewald a tenue et tient encore aujourd’hui dans la création et le développement du Groupe URD et dans son influence au sein de la « planète » humanitaire.

En cette date d’anniversaire, tous mes vœux vont naturellement à l’association, à son équipe, et à la place remarquable qu’elle tient dans l’action humanitaire française et internationale.