Accueil | Activités | Méthode | Jeunesses sahéliennes : dynamiques d’exclusion, moyens d’insertion

La revue du Groupe URD

Outils et méthodes

CHS Norme humanitaire fondamentale (CHS)
Pictogrammme Sigmah Logiciel Sigmah
Pictogrammme Reaching Resilience

Reaching Resilience
Pictogrammme brochure Formation Environnement
Pictogrammme brochure Manuel participation
Pictogrammme COMPAS Méthode COMPAS
Pictogrammme globe terrestre "Mission Qualité"
Pictogrammme PRECIS Humatem Méthode PRECIS

Jeunesses sahéliennes : dynamiques d’exclusion, moyens d’insertion
De juin 2015 à mars 2016 - pour l’AFD

L’Agence française de développement (AFD) a mandaté le Groupe URD pour, dans un premier temps, identifier et analyser les principales dynamiques à l’œuvre au sein de la jeunesse sahélienne, expliquant notamment sa faible intégration aux sociétés locales, et, dans un second temps, définir des pistes d’action pouvant permettre de faciliter son insertion et de participer à redessiner les modalités d’action de l’AFD dans la région.

L’AFD est aujourd’hui confrontée à un double constat accentuant la fragilité des États sahéliens et l’obligeant à réfléchir à une modification de ses modalités d’action dans la région.

D’une part, les phénomènes de violence et d’activités clandestines, accentuées par la crise libyenne et ses répercussions au Nord Mali, augmentent sensiblement dans la région et participent directement à déstabiliser les États et à limiter le développement économique et social de la région.

D’autre part, la jeunesse (et en particulier les 12-25 ans) dont la part dans la société ne cesse de croître, est de plus en plus marginalisée et confrontée à différents problèmes. Cela participe à renforcer des phénomènes déjà à l’œuvre de violences, de radicalisation religieuse, de perte de légitimité des États, ainsi qu’un sentiment d’injustice et de marginalisation.

Face à ces différentes dynamiques, l’AFD a chargé le Groupe URD de participer au développement de réponses pouvant bénéficier à la jeunesse saharo-sahélienne, qu’elle juge particulièrement vulnérable. Ces réponses impliquent une redéfinition des grilles d’analyse et des modes opératoires « standards » utilisés dans la région, afin notamment de pouvoir agir sur des territoires parfois partagés entre plusieurs États, et de mieux prendre en compte l’éducation, la formation et l’intégration professionnelle de la jeunesse, notamment en milieu rural. Or, celle-ci est encore souvent confrontée à un marché de l’emploi informel, voire à l’inactivité, et qui tend à délaisser le secteur agricole.

Pour ce faire, une étude des initiatives des partenaires de l’AFD, des rencontres et une cartographie des acteurs (communautés académiques, ONG, etc.) œuvrant dans la région seront intégrés dans la réponse apportée par le Groupe URD, afin de promouvoir la « responsabilisation » des jeunes comme levier de leur insertion socio-économique.