Accueil | L’Observatoire Haiti | Nos actions | Lettre de l’Observatoire | Lettre de l’Observatoire n°10, mars 2014 | L’eau, l’hygiène et l’assainissement : une approche socioculturelle (...)

La revue du Groupe URD

Outils et méthodes

CHS Norme humanitaire fondamentale (CHS)
Pictogrammme Sigmah Logiciel Sigmah
Pictogrammme Reaching Resilience

Reaching Resilience
Pictogrammme brochure Formation Environnement
Pictogrammme brochure Manuel participation
Pictogrammme COMPAS Méthode COMPAS
Pictogrammme globe terrestre "Mission Qualité"
Pictogrammme PRECIS Humatem Méthode PRECIS

L’eau, l’hygiène et l’assainissement : une approche socioculturelle nécessaire à l’intervention humanitaire

Le Groupe URD a conçu en 2013, pour le compte de la Fédération internationale de la Croix-Rouge (FICR) un outil d’évaluation et d’analyse socioculturelle pour les projets et programmes eau, hygiène et assainissement (EHA ou WaSH : Water, Sanitation and Hygiene en Anglais). Cet outil est un mécanisme opératoire qui doit permettre à la FICR de prendre en compte les facteurs socioculturels des communautés d’accueil lors de ses interventions.

Nombreux sont les exemples de programmes EAH, souvent effectués dans l’urgence, qui ne sont rapidement plus utilisés par les populations faute d’adaptation à leurs pratiques socioculturelles : toilettes dirigées vers la Mecque au Sri Lanka, forage abandonné, car situé près d’une zone sacrée au Burkina Faso, positionnement d’infrastructures EAH ne respectant pas le droit coutumier tchadien (exemples extraits du document de travail [1] de l’AFD/URD, 2011)… Le cas haïtien apporte beaucoup d’éléments à ce sujet. Or, dépasser l’enjeu financier et technique lié aux questions EAH pour appréhender la complexité sociale permet de mieux adapter les interventions et de ne pas réduire des comportements à une lecture trop simpliste.

 Un outil socioculturel EAH pour mieux comprendre la société d’accueil

L’eau est un élément indispensable, pour nourrir la terre et nourrir l’homme, pour laver les aliments et prendre soin des corps, mais pas seulement. En effet, si l’aspect « technique » lié à l’eau est un des composants primordiaux de toute intervention humanitaire et de développement, par le biais de création de points d’eau en particulier, il ne doit pas être restreint à une lecture uniquement liée à la nécessité physiologique de cet élément indispensable. En l’occurrence, l’eau porte avec elle une multitude de symboles, d’interprétations, de perceptions : ces données, bien qu’immatérielles, doivent être connues par les responsables EAH afin qu’ils adaptent au mieux leurs programmes à la réalité sociale de la société d’accueil concernée.

Mais comment connaître cette complexité sociale, dans l’urgence ou dans une temporalité plus longue ? L’« outil socioculturel EAH » a été développé afin de mieux comprendre le contexte de la société d’accueil, d’identifier les moteurs ou les freins à l’application des programmes EAH, et de favoriser l’appropriation des projets par les bénéficiaires. Il propose un canevas de questions-clefs permettant d’appréhender la société d’accueil. Ces questions sont déclinées en secteurs EAH (« eau », « hygiène », « toilettes », « sensibilisation »…) et en thèmes. À chaque fois, une explication permet à l’utilisateur de comprendre en quoi l’information obtenue dans la réponse peut lui permettre de mieux comprendre la société d’accueil et de s’y adapter à travers ses programmes.