Accueil | Publications | Humanitaires en mouvement | Humanitaires en mouvement n°15 | La Qualité dans l’aide humanitaire a désormais sa norme : progrès et enjeux pour les acteurs de (...)

La revue du Groupe URD

Outils et méthodes

CHS Norme humanitaire fondamentale (CHS)
Pictogrammme Sigmah Logiciel Sigmah
Pictogrammme Reaching Resilience

Reaching Resilience
Pictogrammme brochure Formation Environnement
Pictogrammme brochure Manuel participation
Pictogrammme COMPAS Méthode COMPAS
Pictogrammme globe terrestre "Mission Qualité"
Pictogrammme PRECIS Humatem Méthode PRECIS

Humanitaires en mouvement n°15, N° spécial " Qualité de l’aide "

La Qualité dans l’aide humanitaire a désormais sa norme : progrès et enjeux pour les acteurs de terrain
Magali Mourlon

Copenhague, décembre 2014 : après deux ans de travail à son élaboration et de nombreuses consultations, la Norme humanitaire fondamentale (CHS) est officiellement lancée. Qu’apporte-t-elle de nouveau au secteur humanitaire ? Le projet de certification des ONG trouvera-t-il avec cette Norme davantage d’échos ? Quels sont, pour les ONG, les enjeux liés à la mise en œuvre de cette norme ?

L’idée d’améliorer la qualité de l’aide humanitaire a fait couler beaucoup d’encre ces dernières années, et continue de susciter de vifs débats dans notre milieu. Alors que le secteur fait face à une forte augmentation des besoins humanitaires, des pressions plus vives se font sentir. D’un côté, les bailleurs demandent plus d’efficacité ; de l’autre, les bénéficiaires et les autorités locales poussent sur le terrain, et à juste titre, pour être au cœur du système et des prises de décision quant aux modalités qui régissent l’affectation de l’aide humanitaire. Le concept de qualité, qui est étroitement lié à ceux de redevabilité, de transparence et d’efficience, apparaît comme essentiel pour faire face à ces besoins plus nombreux dans des situations de plus en plus complexes.

Mais au fond de quoi parlons-nous ? Bénéficiaires, travailleurs humanitaires, gouvernements, bailleurs et chercheurs sont-ils au moins d’accord sur ce qu’est la qualité dans l’aide humanitaire ? Les dernières Universités d’automne de l’humanitaire (UAH) du Groupe URD [1] ont conclu en premier lieu à l’incapacité du secteur de trouver une réponse unique à cette question. Comment donc progresser si l’ensemble de la communauté ne parle pas de la même chose ?

A Copenhague, lors du lancement de la Norme humanitaire fondamentale (CHS), il semble que tout le monde (ou du moins tous les participants à la conférence) était d’accord sur les neuf engagements présentés dans la norme. Le document s’est développé au fil de nombreuses consultations des acteurs du secteur et répond à la demande de certains de revenir à une seule proposition de norme. Les initiatives Qualité & Redevabilité se sont en effet multipliées ces dix, voire quinze, dernières années ; d’abord avec le manuel Sphère, puis le COMPAS Qualité, HAP International et son offre de certification, mais aussi le Good Enough Guide, les propositions de People in Aid pour une meilleure gestion des ressources humaines, etc. Autant d’outils développés par le secteur, répondant à des demandes plus ou moins précises, mais avec lesquels certains acteurs et ONG avaient du mal à « jongler ». Sans compter la pression des bailleurs pour qui le financement de tant d’initiatives et de leur développement devenait trop important…


En savoir plus