La revue du Groupe URD

Outils et méthodes

CHS Norme humanitaire fondamentale (CHS)
Pictogrammme Sigmah Logiciel Sigmah
Pictogrammme Reaching Resilience

Reaching Resilience
Pictogrammme brochure Formation Environnement
Pictogrammme brochure Manuel participation
Pictogrammme COMPAS Méthode COMPAS
Pictogrammme globe terrestre "Mission Qualité"
Pictogrammme PRECIS Humatem Méthode PRECIS

La gestion des déchets solides et ménagers, un nouveau pôle d’emploi à Port-au-Prince
Isabelle Fortin et Richener Noel

La valorisation et la transformation des déchets sont des secteurs qui ont beaucoup évolué ces dernières années en Haïti, en raison d’une demande internationale de déchets solides recyclables sans cesse croissante, du besoin d’assainissement, du développement de la filière de récupération du plastique, de celle de la transformation et du recyclage, mais aussi du fait que ce secteur offre d’importantes opportunités de génération de revenus pour les plus vulnérables économiquement : femmes seules, enfants des rues, jeunes sans emploi, etc… La plupart de ces activités avaient commencé avant le séisme du 12 janvier 2010, mais elles ont connu un certain essor dans la foulée de l’importante opération humanitaire en réponse à la catastrophe, l’assainissement étant un élément central du travail des organisations humanitaires, tout particulièrement pour celles travaillant dans les camps de déplacés. Ainsi, différentes initiatives ont été appuyées ces dernières années.

 La collecte des déchets dans la région métropolitaine : l’entité publique

Au sein des pouvoirs publics, deux entités sont responsables de la gestion des déchets solides et ménagers dans la région métropolitaine : le Service Métropolitain de Collecte des Résidus Solides (SMCRS) et les Collectivités territoriales. Créé en 1981, le SMRCS est tantôt une entité du ministère des Travaux publics (MTPTC), tantôt considéré comme une instance de la Communauté urbaine de Port-au-Prince (entité intercommunale, 1983) ou encore sous la double tutelle du MTPTC et du ministère de l’Intérieur [1]. Sa mission est le ramassage des ordures précédemment balayées et empilées par les services des différentes mairies. Le SMCRS assure donc légalement l’enlèvement des déchets, mais dans la réalité, il assure également la fonction du balayage, en recrutant ponctuellement des équipes salariées. Les deux entités ne sont pas toujours bien coordonnées et leurs mandats se chevauchent parfois [2]. Les mairies de la région métropolitaine font régulièrement part de leur incapacité à jouer leur rôle dans la gestion des ordures.

Faute de moyens financiers et de ressources humaines, le SMCRS est loin d’être capable de collecter la totalité des déchets produits dans la zone métropolitaine (environ 584000 t/an [3]). Son budget actuel, estimé à environ 500 000 Dollars Américains par mois, et son personnel, s’élevant à moins de 350 personnes réparties en 25 équipes, représentent moins de 25% de ce qui serait nécessaire pour répondre aux besoins. Le taux de déchets collectés par la compagnie varie d’une année à l’autre, selon les moyens dont elle dispose et le quartier concerné (par exemple à Delmas elle a collecté environ 30 à 35 % du total des déchets produit en 2011) [4]. Le SMCRS ne dispose pas de dispositifs de recyclage ni d’incinérateurs. Les déchets collectés dans la région métropolitaine sont tout simplement empilés et/ou brûlés à ciel ouvert sur différents sites, dont celui de Truitier (Commune de Cité-Soleil), qui s’étend sur 215 hectares.


[1] Bérut Cécile et Jean Chesnel Jean (2011), Analyse de la filière récupération et transformation des déchets plastiques, Oxfam Québec. Par ailleurs des données datant de 2002, estime le pourcentage collecté à 22% pour la région Métropolitaine de Port-au-Prince, in D.Hoornweg & P.Bhada-­‐Tata, « What a waste : a Global Review of Solid Waste Management, World Bank », Urban Development Series knowledge papers, n° 15, WORLD BANK, March 2012- Estimation pour les pays à faibles revenus. P. 66.

[2] Holly Gérald (dir) (1999). Les problèmes environnementaux de la région métropolitaine de Port-au-Prince, Commission pour la commémoration de la ville de Port-au-Prince, p. 29.

[3] Élaboration d’une Politique Stratégique de Gestion des Déchets Solides pour la Région métropolitaine de Port-au-Prince, ministère des Travaux Publics, Transports et Communications, (2010), p. 62.

[4] Bérut et Jean, op. cit., p. 6.