Accueil | Activités | Recherche | Les bailleurs émergents de l’aide humanitaire

La revue du Groupe URD

Outils et méthodes

CHS Norme humanitaire fondamentale (CHS)
Pictogrammme Sigmah Logiciel Sigmah
Pictogrammme Reaching Resilience

Reaching Resilience
Pictogrammme brochure Formation Environnement
Pictogrammme brochure Manuel participation
Pictogrammme COMPAS Méthode COMPAS
Pictogrammme globe terrestre "Mission Qualité"
Pictogrammme PRECIS Humatem Méthode PRECIS

Les bailleurs émergents de l’aide humanitaire
mars - juillet 2009, pour le CDC / MAEE

Le Groupe URD a réalisé une étude sur les pratiques des nouveaux bailleurs de l’aide humanitaire. Après avoir abordé cette problématique de façon assez globale, le choix a été fait de se concentrer sur les pays du Golfe afin d’approfondir l’analyse d’une zone géographique et culturelle cohérente.

L’objectif fût d’analyser la participation de ces bailleurs émergents aux efforts internationaux de l’aide humanitaire et de la reconstruction (entités, montants, tendances), les mécanismes de financement qu’ils mettent en œuvre, les canaux privilégiés pour la mise en œuvre de cette aide (type d’ONG, partenaires ONU, autorités nationales, etc.), leur intégration dans la structuration globale de l’aide internationale, dans les mécanismes de coordination (par exemple le CERF), etc. mais aussi les opportunités, blocages et difficultés que cela peut susciter.

En matière d’aide humanitaire, les efforts financiers des pays du Golfe et leur participation aux débats internationaux semblent démontrer un vif intérêt pour cette question, notamment de la part de l’Arabie Saoudite, du Qatar et des Émirats Arabes Unis.
Ces pays sont en effet devenus très actifs dans le domaine en créant des structures gouvernementales pour l’aide d’urgence, en favorisant la mise en œuvre de l’aide avec, par exemple, l’instauration de la cité humanitaire à Dubaï (Humanitarian City), mais aussi en suscitant des débats sur l’aide humanitaire, en augmentant leurs financements aux agences des Nations unies ou encore en accueillant des conférences internationales comme le DIHAD. En 2008, l’Arabie Saoudite est ainsi classée 3ème donateur pour l’aide humanitaire après les Etats-Unis et la Commission européenne.

Pourtant, les crises récentes, comme la crise de 2006 au Liban, ont mis en évidence le manque d’intégration des représentants des donateurs arabes dans les mécanismes de coordination internationaux. Plus globalement, le système international de l’aide est largement dominé par la pensée et les acteurs occidentaux alors que ses valeurs se veulent universelles. Il est par conséquent crucial de mieux comprendre et connaître le rôle, les valeurs et les spécificités de ces acteurs pour les intégrer davantage dans les mécanismes de coordination.

Cette étude a été commanditée par le Centre de Crise du ministère des Affaires étrangères français.

En savoir plus

Article dans la revue Humanitaires en Mouvement n°3 : « Les bailleurs émergents de l’aide humanitaire : le cas des pays du Golfe »

Focus bibliographique dans la revue Humanitaires en Mouvement n°3 : « Les nouveaux bailleurs de l’aide internationale »