Accueil | Publications | Humanitaires en mouvement | Humanitaires en mouvement n°16 | Les déchets des humanitaires : un enjeu d’exemplarité

La revue du Groupe URD

Outils et méthodes

CHS Norme humanitaire fondamentale (CHS)
Pictogrammme Sigmah Logiciel Sigmah
Pictogrammme Reaching Resilience

Reaching Resilience
Pictogrammme brochure Formation Environnement
Pictogrammme brochure Manuel participation
Pictogrammme COMPAS Méthode COMPAS
Pictogrammme globe terrestre "Mission Qualité"
Pictogrammme PRECIS Humatem Méthode PRECIS

Les déchets des humanitaires : un enjeu d’exemplarité
Samantha Brangeon

La prise en compte de l’impact environnemental des programmes d’aide humanitaire constitue un enjeu de qualité majeur dont se saisit progressivement le secteur. Face à une prise de conscience générale sur la nécessité de préserver la planète ainsi qu’à une remise en question de certaines pratiques humanitaires, les ONG, agences Nations unies et bailleurs de fonds s’interrogent de plus en plus sur la manière d’intégrer les considérations environnementales dans la planification et la mise en œuvre de leurs programmes. Alors que l’arbitrage entre les questions environnementales est complexe à faire et que certaines problématiques sont perçues comme plus urgentes que d’autres (réduire l’impact carbone des missions peut par exemple sembler prioritaire au vu de l’urgence climatique), la question des déchets des humanitaires est intéressante car il existe des solutions concrètes pour y répondre.

La question de la gestion des déchets dans les pays en crise ou post-crise n’est souvent pas considérée comme prioritaire tant par les institutions publiques que par les acteurs de l’aide. Ceci peut s’expliquer d’une part, parce que bien souvent les besoins humains sont plus pressants, notamment immédiatement après une catastrophe, et d’autre part, parce que cette question en soulève bien d’autres beaucoup plus complexes, d’ordre structurel et institutionnel (pérennité des systèmes de collecte, faible taux de recouvrement des taxes, absence de centre de traitement et/ou d’enfouissement, le faible niveau d’infrastructures routières pour le transport des déchets, etc.).

Or, une mauvaise gestion des déchets peut avoir des conséquences sanitaires, environnementales et économiques catastrophiques : le dernier exemple marquant en date est l’épidémie de choléra de 2011 en Haïti provoquée par une mauvaise gestion des excrétas dans une base de soldats casques bleus, causant la mort de plus de 10 000 personnes [1]. Les camps de réfugiés, qu’ils soient permanents ou temporaires, et la réponse humanitaire associée, ont également bien souvent un impact négatif direct sur l’environnement ainsi que sur les moyens de subsistance des populations hôtes [2].

Les acteurs humanitaires intervenant dans un pays sont, au même titre que les ménages, industries ou institutions, des producteurs de déchets. Leurs programmes et le fonctionnement de leurs opérations génèrent en effet des déchets, qui peuvent être nocifs pour l’environnement s’ils ne sont pas gérés de manière adéquate : déchets médicaux des programmes d’assistance médicale, huiles de vidange usagées/batteries des véhicules des organisations, déchets d’emballage liés aux distributions de biens non alimentaires [3], etc.

Pourtant, dans quelle mesure les organisations de l’aide ont-elles conscience de cette problématique ? Comment sont gérés ces déchets ? De quelle manière les organisations s’impliquent-elles dans la réduction des déchets qu’elles produisent ? Pour tenter de répondre à ces questions, le Groupe URD a réalisé fin 2014, en partenariat avec son partenaire le CEFREPADE [4], une étude visant à faire un état des lieux des pratiques des ONG en matière de prévention et de gestion de leurs déchets en Haïti.


[1] https://www.humanitarianresponse.info/en/operations/haiti/health

[2] Refugee Operations and Environmental Mainstreaming : Key Principles for Decision Making UNHCR 2014 http://www.unhcr.org/3b03b24d4.html

[3] Aussi appelés NFI (Non Food Items).

[4] Centre Francophone de Recherche Partenariale sur l’Assainissement, les Déchets et l’Environnement