Accueil | Publications | Humanitaires en mouvement | Humanitaires en mouvement n°3 | Focus bibliographique sur les nouveaux bailleurs de l’aide internationale

La revue du Groupe URD

Outils et méthodes

CHS Norme humanitaire fondamentale (CHS)
Pictogrammme Sigmah Logiciel Sigmah
Pictogrammme Reaching Resilience

Reaching Resilience
Pictogrammme brochure Formation Environnement
Pictogrammme brochure Manuel participation
Pictogrammme COMPAS Méthode COMPAS
Pictogrammme globe terrestre "Mission Qualité"
Pictogrammme PRECIS Humatem Méthode PRECIS

Focus bibliographique sur les nouveaux bailleurs de l’aide internationale

  Sommaire  

 Émergence des nouveaux bailleurs

  • Courrier de la planète n°84, avril-juin 2007
    International Relations : The age of emerging countries
    Dossier : Official development assistance : The new donors
    China : Unconditional Aid P. 28
    China/ Africa : Towards improved debt sustainability ? P.31
    China/Mali Deployment with no apparent strategy P.35
    China/Africa : South-South cooperation P.38
    South Africa : Continental mission P.40
    India : Re-emerging donor P.42
    Brazil : Objectives P.43
    http://www.courrierdelaplanete.org/84/CDP84EN.pdf
  • EVANS, Alison
    The future of aid
    ODI, 2008. 2 P.
    Ces 25 dernières années les fonds de l’aide et le nombre de bailleurs ont augmenté en flèche avec l’arrivée de la Chine, de Chypre, de l’Egypte, de la Lettonie et la Lituanie, ainsi que les bailleurs privés, les fondations, etc. Cette multiplicité des acteurs parait parfois chaotique surtout que de nombreux bailleurs ne respectent pas leur engagement. L’efficacité de l’aide est entachée par le manque de cohérence dans le système actuel pour les bailleurs ayant signés la Déclaration de Paris. Imposer la transparence et l’alignement de l’aide est déjà difficile pour les signataires de la précédente Déclaration et semble périlleux pour les autres bailleurs. De plus, tout en étant efficace, l’aide doit permettre au pays receveur de fonder sa propre politique de développement.
    http://www.odi.org.uk/resources/download/2376.pdf
  • SPECIAL UNIT FOR SOUTH-SOUTH COOPERATION
    Advisory group for southern leader’s round table
    ONU, UNDP, 2006. 7P.
    Actes de la rencontre du groupe consultatif des dirigeants des pays du Sud, déroulée à Shanghai les 17 et 18 octobre 2006.
    Les principaux flux financiers de l’aide au développement et à la coopération se font essentiellement du Nord vers le Sud. Désormais des pays émergents venant du Sud comme la Chine, l’Inde et les pays de l’OPEP sont dans la mesure d’aider les pays dans le besoin avec divers mécanismes qui pourraient ne pas prendre la forme du modèle nordique et de l’OCDE.
    http://unpan1.un.org/intradoc/groups/public/documents/APCITY/UNPAN025010.pdf
  • HAVER, Katherine
    Diversity in donorship : Field lessons
    ODI, déc. 2007. 23 P.
    De plus en plus de bailleurs s’impliquent dans l’aide humanitaire internationale, les nouveaux bailleurs s’investissent dans les accords bilatéraux entre gouvernements ou avec la Croix-Rouge. Les nouveaux bailleurs n’ont pas la même définition du terme humanitaire que les bailleurs faisant partis du CAD. Ces nouveaux bailleurs sont pourtant sous représentés dans les instances internationales.
    Les pays du Golfe et la Turquie se concentrent, pour leur part, dans le système humanitaire multilatéral. La Chine, avec son changement économique et politique, tente de rentrer dans le schéma classique de l’aide au développement, tandis que des pays comme l’Inde et l’Afrique du Sud se différencient en ne se considérant pas comme des bailleurs.
    http://www.odi.org.uk/hpg/papers/wpnon-dac.pdf
  • KRAGELUND, Peter
    The Return of Non-DAC Donors to Africa : New Prospects for African Development ?
    DEVELOPMENT POLICY REVIEW, 2006.
    Plusieurs types de bailleurs sont apparus en Afrique. Il y a tout d’abord ceux faisant parti du Comité d’aide au développement (CAD) et les non-CAD qui ne fonctionnent pas tous de la même manière selon leur taille, leur financement et leurs modalités de fonctionnement. Pour certains de ces bailleurs comme la Chine et l’Inde, l’aide apportée est parfois étroitement liée à d’autres secteurs comme le commerce et les divers investissements. Cette multiplicité de bailleurs et de méthodes ne facilite aucunement l’harmonisation de l’aide en Afrique.
    http://www.diis.dk/graphics/_IO_indsatsomraader/Handel_og_udvikling/pkr_The%20Return%20of%20Non-DAC%20Donors%20to%20Africa.%20pdf.pdf
  • ROWLANDS, Dane
    Emerging donors in international development assistance : a synthesis report
    PBDD/ CRDI, janvier 2008. 22 P.
    L’émergence de nouveaux bailleurs ouvre de nouvelles perspectives à l’aide au développement gérée jusque là par les donateurs traditionnels. La Chine, l’Inde, le Brésil et l’Afrique du Sud tentent de gagner une légitimité internationale en respectant les règles développées par les bailleurs traditionnels tout en apportant les idées et les points de vue qu’ils ont développés avec leurs propres expériences.
    http://www.idrc.ca/uploads/user-S/12278143331Synthesis_Final.pdf
  • COOPERATION EUROPEENNE AU DEVELOPPEMENT
    L’impact des « puissances émergentes » sur la gouvernance des pays partenaires
    Résumé très court du débat qui a réuni des intervenants des marchés émergents d’Inde, d’Afrique du Sud et de Chine, qui ont traditionnellement bénéficié de l’aide mais qui commencent maintenant à s’engager avec les partenaires en tant que donateur. Le thème du débat était axé sur plusieurs questions : quelle est l’expérience de ces nouveaux donateurs dans la coopération au développement, quel est leur rôle en tant que donateur, et, en général, quel est l’effet des nouveaux donateurs, qu’ils soient des puissances émergentes ou des sociétés privées ?
  • GERMAN DEVELOPMENT INSTITUTE
    Trilateral development cooperation with « New Donors »
    GERMAN DEVELOPMENT INSTITUTE BRIEFING PAPER, 2007. 4 P.
    De nombreux pays, comme la Chine, l’Inde, le Brésil, le Mexique, l’Afrique du Sud et la Thaïlande, qui auparavant bénéficiaient de l’aide sont désormais passés dans la catégorie de donateurs de l’aide au développement. Certains d’entre eux se servent de l’aide pour des intérêts commerciaux et politiques contrairement aux principes énoncés par les pays membres de l’OCDE-CAD.
    Il est important que les membres de l’OCDE s’engagent avec ces nouveaux bailleurs pour harmoniser l’aide, il serait donc nécessaire d’établir un consensus de bailleurs internationaux qui pourrait s’aligner à la déclaration des Objectifs du Millénaire pour le Développement et la Déclaration de Paris du CAD, projet qui peut s’avérer difficile auprès de pays comme la Chine ou certains pays du Golfe qui souhaitent mettre une politique d’aide propre à eux.
    http://www.die-gdi.de/CMS-Homepage/openwebcms3_e.nsf/(ynDK_contentByKey)/ADMR-7BMJ4N/$FILE/5%202007%20EN.pdf (dernier accès 27 août 2009)
  • Scaling up Aid : opportunities and challenges in a changing aid architecture
    In :
    THE WORLD BANK
    Global monitoring report 2008 : MDGs and the environment : Agenda for inclusive and sustainable development
    THE WORLD BANK, 2008. P. 91- 116
    Le financement et l’attribution de l’aide subit de profonds changements. Une des principales modifications se trouve être l’émergence de nouveaux donateurs bilatéraux qui ont désormais un rôle fort dans le paysage de l’aide. Le financement global de l’aide se trouve être augmenté mais de nouveaux défis sont également apparus.
    http://siteresources.worldbank.org/INTGLOMONREP2008/Resources/4737994-1207342962709/8944_Web_PDF.pdf (dernier accès 27 août 2009)
  • IDA
    Proliferation of aid channels
    In : Aid Architecture : An overview of the main trends in official development assistance flows
    BANQUE MONDIALE, février 2007. P. 12-20
    Le paysage de l’aide se complexifie avec notamment l’apparition de nouveaux bailleurs ne faisant pas partie de l’OCDE-CAD. Ces nouveaux bailleurs apportent des financements pour les pays dans le besoin permettant d’accéder plus facilement les Objectifs de Développement du Millénaire. Mais ces nouveaux bailleurs apportent également de nouveaux défis notamment pour l’harmonisation et l’alignement de l’aide
    http://siteresources.worldbank.org/IDA/Resources/Seminar%20PDFs/73449-1172525976405/3492866-1172527584498/Aidarchitecture.pdf (dernier accès 27 août 2009)