Accueil | L’Observatoire Haiti | Nos actions | Lettre de l’Observatoire | Lettre de l’Observatoire n°9, janvier 2014 | Promouvoir le changement organisationnel : expérience de la (...)

La revue du Groupe URD

Outils et méthodes

CHS Norme humanitaire fondamentale (CHS)
Pictogrammme Sigmah Logiciel Sigmah
Pictogrammme Reaching Resilience

Reaching Resilience
Pictogrammme brochure Formation Environnement
Pictogrammme brochure Manuel participation
Pictogrammme COMPAS Méthode COMPAS
Pictogrammme globe terrestre "Mission Qualité"
Pictogrammme PRECIS Humatem Méthode PRECIS

Promouvoir le changement organisationnel : expérience de la Croix-Rouge en Haïti

Qu’avons-nous appris au cours des dernières années tandis que les acteurs humanitaires de l’urgence et du développement répondaient sans relâche au tremblement de terre qui a frappé Haïti le 12 janvier 2010 ? Quelles leçons tirées de cette expérience unique nous permettront d’accroitre la qualité de nos opérations futures et d’améliorer l’efficacité, l’efficience et l’impact de nos programmes ? C’est pour tâcher de répondre à ces deux questions essentielles que la Fédération Internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) et l’ensemble de ses membres activement engagés en Haïti ont lancé en 2012 un vaste chantier d’apprentissage visant à promouvoir le changement organisationnel par l’intégration des connaissances acquises en Haïti dans ses procédures et modes opératoires.

Le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge a couvert à lui seul 25% de la réponse au séisme durant les premières semaines d’urgence aigue, principalement dans le domaine de la distribution d’eau potable et de la distribution de biens de première nécessité. Face à l’impact de la catastrophe, exacerbé par des vulnérabilités profondément enracinées, le Mouvement a mobilisé des moyens humains, matériels, logistiques et financiers considérables pour tâcher de se montrer à la hauteur des besoins et attentes de la population haïtienne et de la société nationale hôte, la Croix-Rouge haïtienne (CRH). La FICR a ainsi continuellement cherché à adapter ses programmes aux défis posés par ce contexte d’intervention, en particulier dans la capitale haïtienne. Soucieuse de capitaliser sur cette expérience et de devenir une « organisation apprenante », la FICR a mis sur pied une méthodologie d’apprentissage pour Haïti consistant en l’identification, la formalisation, la dissémination et l’institutionnalisation des enseignements tirés de cette opération. Une première conférence d’apprentissage en avril 2012 avait ainsi permis d’identifier collectivement les principales leçons apprises par le Mouvement en Haïti. La fin de l’année 2012 et l’année 2013 ont été dédiées à l’extraction et l’explicitation des connaissances via la conduite d’entretiens individuels ou en groupes et de revues documentaires, ainsi qu’à l’élaboration de produits d’apprentissage (études de cas, bonnes pratiques, toolkits, etc.), collaborant notamment avec le Groupe URD pour la création d’un outil d’évaluation socio-culturelle pour ses programmes d’Eau, Hygiène et Assainissement.

La seconde conférence d’apprentissage qui s’est tenue les 18 et 19 septembre 2013 au Panama, pays qui héberge le bureau régional des Amériques de la FICR, visait à faire connaitre ces principales leçons et produits d’apprentissage et de promouvoir des pratiques améliorées au regard, par exemple, de la coordination au sein du Mouvement, la coopération avec les acteurs externes et la diplomatie humanitaire, la transition entre les phases d’urgence et de relève ainsi que la définition de stratégies de sortie, la relève et la résilience en milieu urbain, notamment l’implémentation d’une approche de réponse aux besoins dite « intégrée », le renforcement des capacités opérationnelles et le développement organisationnel de la société nationale hôte, l’audit interne et la gestion des risques, etc.

Les ambassadeurs des différents groupes de réflexion ont abordé l’ensemble de ces sujets sous un angle particulier, celui des « mega-disasters », des réponses à des catastrophes de grande ampleur, avec un objectif précis : améliorer la performance de l’organisation dans l’ensemble de ces domaines lors de futures réponses d’envergure.

Rassemblant plus de 150 hauts dirigeants, directeurs, cadres, coordinateurs et praticiens des bureaux de terrain ou régionaux ainsi que des sièges de la FICR et de 32 sociétés nationales, l’objectif de cette conférence était de définir collectivement les actions permettant d’institutionnaliser les connaissances acquises en Haïti. Dans un environnement d’apprentissage qui se voulait didactique et varié, les participants du Mouvement ont pu partager leurs connaissances et leurs expériences avec leurs collègues de la Croix-Rouge ainsi qu’avec des représentants de l’OCHA, du PNUD, de l’AECID, et du Groupe URD représenté pour l’occasion par Alice Corbet, Docteur en anthropologie et en ethnologie, chercheuse au Groupe URD qui a notamment publié un rapport sur l’approche communautaire dans le camp de Canaan à Port-au-Prince. Alice Corbet, en tant qu’ambassadrice d’un groupe de réflexion dédié à la compréhension du contexte et des enjeux locaux, a pu apporter un regard nouveau sur les considérations sociales et culturelles de l’action humanitaire. Elle a ainsi contribué à l’identification, par les membres de la FICR, d’une mesure visant à étendre le champs d’expertise de la Croix-Rouge en approche communautaire. Cette mesure consisterait ainsi à constituer un pool de spécialistes qui pourront être déployés dans les futures opérations ou formeront les équipes et volontaires de la Croix-Rouge aux outils et méthodes d’étude d’anthropologie culturelle et sociale (rites, coutumes, parenté, techniques, habitats, représentations spatiales et temporelles, etc.), renforçant ainsi l’ancrage communautaire et local de l’organisation dans son ensemble et assurant une plus grande qualité et pertinence de ses services.

Ce type de proposition s’inscrit parmi un ensemble de mesures identifiées conjointement afin d’opérer un changement organisationnel qui se traduira par l’adaptation ou l’élaboration de politiques, procédures, systèmes et outils relatifs à six grandes thématiques qui se sont dégagées au cours de cette conférence, à savoir :

  • Préparation  : être mieux préparés à répondre à des catastrophes de grande ampleur
  • Approche communautaire : mieux connaitre les populations auxquelles nous portons assistance et avec lesquelles nous travaillons
  • Relève : anticiper et répondre de façon durable aux besoins et vulnérabilités
  • Ressources humaines : déployer la bonne personne au bon endroit et au bon moment
  • Résilience de la société nationale hôte : accroitre les capacités de la société nationale hôte à se relever et être résistante face aux chocs
  • Diplomatie humanitaire : positionner le Mouvement de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et ses membres

Une feuille de route pour l’implémentation des mesures proposées au cours de la conférence est actuellement en préparation et sera soumise dans les prochaines semaines à l’approbation des cadres et dirigeants de la FICR. Plus de 16 heures d’enregistrement et de tournage ont été effectués pendant la conférence. Les sessions plénières ont été retransmises en direct et sont toujours disponibles sur http://desaprender.hoop.la/topic/livestreaming. Les vidéos de restitution des groupes de travail peuvent également être vues sur http://www.cruzroja.org/# !haiti-learning-conference/c1nuy.

Cette conférence et tout le travail préparatoire des dernières années auront non seulement permis de tracer un chemin clair d’apprentissage pour l’opération Haïti à différents niveaux, mais auront surtout représenté une formidable occasion pour l’organisation de réfléchir à la place à donner à une telle initiative afin que l’apprentissage devienne partie intégrante de sa culture.

 

Charlotte Masselot
Evaluation, Accountability and Learning Movement Coordinator