La revue du Groupe URD

Outils et méthodes

CHS Norme humanitaire fondamentale (CHS)
Pictogrammme Sigmah Logiciel Sigmah
Pictogrammme Reaching Resilience

Reaching Resilience
Pictogrammme brochure Formation Environnement
Pictogrammme brochure Manuel participation
Pictogrammme COMPAS Méthode COMPAS
Pictogrammme globe terrestre "Mission Qualité"
Pictogrammme PRECIS Humatem Méthode PRECIS

Renforcement des communautés dans la gestion environnementale des quartiers à Bristout-Bobin : la problématique du statut légal des communautés dans la gestion territoriale urbaine
Richener NOEL, Septembre 2012

Les premiers éléments de recommandation d’une recherche réalisée sur le thème « Environnement et reconstruction dans la région métropolitaine de Port-au-Prince : cas de Bristout-Bobin (quartiers de la commune de Pétion-Ville » ont montré l’importance de la communauté dans la gestion de l’environnement de ces quartiers. Dans un contexte de faiblesse de l’État et des collectivités territoriales, la communauté pourrait constituer un atout pour envisager, au moins dans l’immédiat, un effort des citoyens eux-mêmes dans l’amélioration du cadre environnemental de ces quartiers précaires. D’ailleurs, dans le Programme d’appui à la reconstruction, ONU-Habitat et le gouvernement haïtien ont décidé du renforcement des communautés en créant les Centres de Ressources Communautaires (CRC) comme moyen de soutien à la reconstruction des quartiers. La question de la structuration des communautés est née principalement d’un malaise découlant des problèmes fondamentaux qui se présentent actuellement dans les villes et particulièrement la détérioration de l’espace urbain. Cependant, une analyse fait montre très vite des limites de ces structures de pouvoir communautaire en ce qui a trait à leur statut légal dans la gestion des quartiers. Le caractère obligatoire de leurs décisions, la définition et la délimitation du quartier urbain dans la sphère territoriale urbaine, la limite et le type de rapport à développer avec les entités des collectivités établies, sont entre autres quelques-uns des aspects de la problématique de la fonction des communautés dans la gestion de l’environnement des quartiers. Pour le moment, seule la mise en place d’un cadre participatif entre les citoyens est une source de légitimité pour ces communautés.