Accueil | Publications | Humanitaires en mouvement | Humanitaires en mouvement n°4 | Urgence et Education : la nécessité de l’école en période de crise

La revue du Groupe URD

Outils et méthodes

CHS Norme humanitaire fondamentale (CHS)
Pictogrammme Sigmah Logiciel Sigmah
Pictogrammme Reaching Resilience

Reaching Resilience
Pictogrammme brochure Formation Environnement
Pictogrammme brochure Manuel participation
Pictogrammme COMPAS Méthode COMPAS
Pictogrammme globe terrestre "Mission Qualité"
Pictogrammme PRECIS Humatem Méthode PRECIS

Urgence et Education : la nécessité de l’école en période de crise
Elise Joisel

En 2009, la moitié des enfants non scolarisés du monde vivent dans des zones de conflits. Il y a urgence à ce que la communauté internationale, les organisations de solidarité et bailleurs comprennent l’importance et la nécessité d’avoir des écoles qui fonctionnent dans les situations de crise et de début de reconstruction, et qu’ils agissent dans ce sens, comme le montre l’exemple de la création d’écoles dans les sites de déplacés à l’Est du Tchad.

« Ce que nous vivons aujourd’hui dans notre pays, la guerre, la faim, la pauvreté, est en grande partie dû à notre ignorance. Nous devons envoyer nos enfants à l’école pour avoir un avenir meilleur » affirmait en juin dernier Ousman Zakaria, le président de l’Association des Parents d’Elèves (APE) de l’école de Gassiré, petit village de l’est du Tchad accueillant un site de déplacés de plus de 15 000 personnes. Le taux de scolarisation avant la crise, dans le Sila, région frontalière du Darfour soudanais, était de 7% [1], soit un des plus faibles taux mondial.

Environ 75 millions d’enfants ne sont pas inscrits à l’école dans le monde, plus de la moitié vivent dans des Etats touchés par des conflits. Plusieurs millions encore vivent dans des zones touchées par des catastrophes naturelles. L’éducation, un secteur négligé depuis longtemps par les interventions humanitaires, est de plus en plus considérée comme essentielle. Depuis quelques années, une conscience plus forte de l’importance des programmes d’éducation dans les situations d’urgence et de début de reconstruction émerge. Parce que l’éducation est l’amorce incontournable d’un avenir meilleur.


[1] Chiffre estimé par l’Inspection de l’Education Nationale du Sila, octobre 2003.