Accueil | Newsletter | Vers une certification des ONG humanitaires ?

La revue du Groupe URD

Outils et méthodes

CHS Norme humanitaire fondamentale (CHS)
Pictogrammme Sigmah Logiciel Sigmah
Pictogrammme Reaching Resilience

Reaching Resilience
Pictogrammme brochure Formation Environnement
Pictogrammme brochure Manuel participation
Pictogrammme COMPAS Méthode COMPAS
Pictogrammme globe terrestre "Mission Qualité"
Pictogrammme PRECIS Humatem Méthode PRECIS

Vers une certification des ONG humanitaires ?

Le 20 septembre 2013, un atelier de réflexion sur la certification pour le secteur humanitaire, organisé par le Groupe URD et Coordination SUD, a rassemblé une dizaine d’ONG à Paris. Le pré projet de certification humanitaire diffusé par le SCHR (Steering Committee for Humanitarian Response) a été étudié en détail et avec intérêt. Cette journée de travail a permis d’identifier d’importantes lacunes, tant sur le processus de mise en place, que sur le fond et sur le référentiel qui constituerait la base de la certification. Malgré cela, les participants sont prêts à continuer et approfondir l’analyse débutée ce jour sur les enjeux de qualité et de redevabilité, et appellent à un partage plus global de ces réflexions au sein du secteur humanitaire.

Le projet de certification porté par le SCHR explore actuellement les potentiels bénéfices et limites d’un mécanisme de certification pour améliorer la qualité, l’efficacité et la redevabilité des actions humanitaires. Fin juin 2013, lors du Humanitarian Standards Forum de Genève, un premier état des lieux a été présenté et discuté, avant qu’un pré-projet de mécanisme soit rendu public début septembre 2013. Le Groupe URD, Coordination SUD et certaines ONG comme Handicap International ont suivi de près ce processus. Dans le cadre de conférences, d’ateliers et de consultations, des demandes de clarification ont été faites, les objectifs et modalités du projet de certification questionnées, l’attention appelée sur les risques éventuels d’une telle initiative pour les ONG en l’absence d’exemple précis de structure et de référentiel.

Cela étant, au-delà des échanges avec les animateurs de projet SCHR, Coordination SUD et le Groupe URD ont jugé nécessaire d’approfondir la réflexion, le but étant de s’interroger sur les conditions qui rendraient un système de certification utile et d’identifier les impacts qu’un tel mécanisme pourrait engendrer. La commission humanitaire de Coordination SUD et le Groupe URD ont donc organisé, le 20 septembre 2013 une journée de travail, en français, réunissant des représentants de 10 organisations humanitaires. Les animateurs du projet SCHR ont été informés de cette initiative bien qu’elle soit indépendante du processus SCHR.

Le présent compte-rendu présente le résultat des réflexions collectives de cette journée de travail. Il est destiné aux participants et à leurs collaborateurs, ainsi qu’aux autres acteurs du secteur humanitaire afin de contribuer à la nécessaire réflexion collective autour de ces enjeux.

Ce travail a permis d’identifier d’importantes lacunes, tant sur le processus de mise en place, que sur le fond et sur le référentiel qui constituerait la base de la certification. Actuellement, le projet SCHR semble asseoir la certification sur la conformité à des normes techniques et des standards dont la profession a, depuis 15 ans, identifié les limites compte tenu de la diversité des contextes et des terrains. Ce faisant, le mécanisme proposé néglige un élément important : le fait qu’une organisation, grande ou petite, locale ou internationale, soit engagée dans une démarche de progrès. Si les risques liés au projet même de certification ne sont pas ou mal gérés, le projet pourrait avoir des impacts négatifs très importants sur le secteur et notamment sur les plus petites structures du Nord comme du Sud [...]