Accueil | Ressources bibliographiques | Veille bibliographique février 2018

La revue du Groupe URD

Outils et méthodes

Quality & Accountability COMPAS COMPAS Qualité & Redevabilité
CHS Norme humanitaire fondamentale (CHS)
Pictogrammme Sigmah Logiciel Sigmah
Pictogrammme Reaching Resilience

Reaching Resilience
Pictogrammme brochure Formation Environnement
Pictogrammme brochure Manuel participation
Pictogrammme globe terrestre "Mission Qualité"
Pictogrammme PRECIS Humatem Méthode PRECIS

Veille bibliographique février 2018

 

 Espace humanitaire

Rapports

Protection with less Presence : How the Peacekeeping Operation in the Democratic Republic of Congo is Attempting to Deliver Protection with Fewer Resources, Lauren Spink, Center for Civilians in Conflict, janvier 2018, 36 p.
En réduisant les budgets des opérations de maintien de la paix et en demandant à ce que ces opérations développent des stratégies de sorties claires, les États membres des Nations Unies ont accru la pression sur ces interventions. Mais ces coupes budgétaires pourraient avoir de graves conséquences dans les pays concernés, notamment pour la population civile exposée à la violence et aux violations dans les conflits armés. Ce rapport montre que la réduction des ressources consacrées au maintien de la paix pourrait être particulièrement préjudiciable si les décisions sur la question de savoir si, quand et comment réduire les budgets et le personnel ne sont pas clairement liées à la situation sur le terrain et aux évaluations de l’impact probable de la réduction des effectifs sur la sûreté et la sécurité des civils. L’auteur a pris comme étude de cas la situation de la MONUSCO en République Démocratique du Congo.
https://civiliansinconflict.org/wp-content/uploads/2018/01/BaseClosurePrint_Web.pdf

Holding the keys : Humanitarian access and local organisations, Eva Svoboda, Veronique Barbelet, Irina Mosel, HPG Report, HPG, ODI, janvier 2018, 29 p.
Cette étude examine si les acteurs locaux en Ukraine et en Syrie obtiennent l’accès humanitaire, et s’ils l’ont, comment ils négocient cet accès pour mener des opérations de secours et de protection. Plus généralement, les auteurs se penchent aussi sur la manière dont les connaissances locales en matière d’accès peuvent être mieux exploitées pour servir ceux qui en ont besoin. Mais ils constatent que toutes les organisations humanitaires, qu’elles soient locales ou internationales, sont confrontées à des problèmes d’accès similaires. La différence réside dans la manière dont les organisations locales abordent ces défis, ainsi que dans leur flexibilité et leur proximité avec les personnes dans le besoin. Le rapport émet des suggestions afin d’améliorer la manière dont les organisations internationales et locales interagissent les unes avec les autres, avec les communautés affectées et avec les parties au conflit, et ainsi favoriser un meilleur accès humanitaire.
https://www.odi.org/sites/odi.org.uk/files/resource-documents/11981.pdf