Accueil | Publications | Humanitaires en mouvement | Humanitaires en mouvement n°11 | L’approche de l’Union européenne vis-à-vis de la résilience : tirer les leçons des crises de sécurité (...)

La revue du Groupe URD

Outils et méthodes

Quality & Accountability COMPAS COMPAS Qualité & Redevabilité
CHS Norme humanitaire fondamentale (CHS)
Pictogrammme Sigmah Logiciel Sigmah
Pictogrammme Reaching Resilience

Reaching Resilience
Pictogrammme brochure Formation Environnement
Pictogrammme brochure Manuel participation
Pictogrammme globe terrestre "Mission Qualité"
Pictogrammme PRECIS Humatem Méthode PRECIS

Humanitaires en mouvement n°11, N° spécial " Résilience "

L’approche de l’Union européenne vis-à-vis de la résilience : tirer les leçons des crises de sécurité alimentaire
Intervention de François Grünewald

 

De nombreux facteurs affectent la capacité des communautés à gérer les chocs. Dans la Corne de l’Afrique et au Sahel, les processus de développement ont largement échoué, et les opérations humanitaires ont dû redoubler d’efforts pour assurer la survie de groupes entiers de population. Afin de briser ce cercle de crises récurrentes, et d’optimiser l’efficacité de l’aide de l’Union européenne, la Commission s’est résolue à changer sa façon de faire, en adoptant une approche axée sur la résilience.

La Commission européenne a ainsi mis en œuvre des initiatives au Sahel et dans la Corne de l’Afrique, qui cherchent à rompre le cercle vicieux de la sécheresse, la famine et la pauvreté à travers une coordination soutenue entre l’assistance humanitaire et l’assistance du développement.

L’initiative SHARE pour la Corne de l’Afrique :

  • Traitement de la malnutrition grave des nourrissons ;
  • Amélioration de la gestion des ressources naturelles, du bétail, de la santé et du commerce agricole ;
  • Activités alternatives génératrices de revenus ;
  • Services de base (eau, assainissement) ;
  • Réduction des risques de catastrophe naturelle ;
  • Partenariat avec l’Alliance Globale – IGAD ;
  • Un budget de 271 millions d’euros alloué à la première phase (2012 – 2013), financés par le 11ème Fond Européen (FED) de Développement à venir.

L’initiative AGIR pour le Sahel :

  • Éliminer la faim et la malnutrition ;
  • Atteindre des améliorations substantielles et durables pour la résilience des populations les plus vulnérables ;
  • Partenariat mondial entre les pays d’Afrique de l’Ouest et les organisations régionales (CEDEAO, UEMOA, CILSS) et leurs partenaires internationaux, la société civile et le secteur privé ;
  • 500 millions d’euros alloués au plan d’action de l’Union européenne (1ère phase), financés par le 11ème FED à venir.

Dans presque tous les pays de la zone concernée, l’agriculture et la sécurité alimentaire n’étaient pas des priorités dans le cycle de programmation de l’Union européenne 2007/2013. Le seul instrument utile est la petite ligne budgétaire consacrée à la sécurité alimentaire, qui est hélas loin d’être suffisante pour relever de tels défis. S’appliquer à réduire la vulnérabilité requiert en effet un engagement à long terme pour s’attaquer aux causes profondes des crises. Il s’agit là de l’un des plus grands défis rencontrés par les organisations multi-mandatées.

Afin de favoriser ces évolutions et de mieux ajuster les programmes, davantage de flexibilité doit être mise en place dans les processus de programmation. L’un des objectifs – tant pour l’aide humanitaire que pour le développement – est d’élaborer des programmes plus sensibles aux risques, ce qui implique de mettre en place de nouvelles approches vis-à-vis de la gestion et de la réduction des risques, de nouveaux systèmes de financement, d’être connecté aux dispositifs de protection sociale et à l’ensemble des acteurs locaux impliqués, et enfin d’essayer de prendre en compte les expériences développées dans différents contextes.

 

Vulnerability to stress and shocks