Accueil | Publications | Humanitaires en mouvement | Humanitaires en mouvement n°4 | Urgence et Education : la nécessité de l’école en période de crise

La revue du Groupe URD

Outils et méthodes

Quality & Accountability COMPAS COMPAS Qualité & Redevabilité
CHS Norme humanitaire fondamentale (CHS)
Pictogrammme Sigmah Logiciel Sigmah
Pictogrammme Reaching Resilience

Reaching Resilience
Pictogrammme brochure Formation Environnement
Pictogrammme brochure Manuel participation
Pictogrammme globe terrestre "Mission Qualité"
Pictogrammme PRECIS Humatem Méthode PRECIS

Urgence et Education : la nécessité de l’école en période de crise
Elise Joisel

 

 L’éducation d’urgence pour mieux vivre

Ces dernières années, les secours humanitaires sont devenus plus sophistiqués. Les praticiens ont pris conscience de la nécessité de traiter les causes profondes de la vulnérabilité, d’aider les populations à se rétablir et à reconstruire leurs vies sur le long terme, de promouvoir la dignité humaine. L’éducation est parfaitement adaptée à cette nouvelle approche puisqu’elle soutient le rétablissement des enfants à long terme, en aidant à les protéger et en leur donnant une dignité.

Le plaidoyer auprès des bailleurs pour le financement de l’éducation d’urgence devient indispensable. On ne peut pas dire que l’éducation est aussi vitale que la distribution immédiate de matériel médical d’urgence, de vivres et de moyens d’hébergement, mais l’humanité n’a pas les mêmes besoins essentiels pour "survivre" et pour "vivre". C’est ici que l’importance de l’éducation se révèle, non seulement pour aider les populations à survivre, mais aussi pour leur offrir une occasion de développer leurs connaissances et leurs compétences, et de devenir des citoyens actifs, de construire un avenir meilleur, en d’autres termes, de vivre.

 

Elise Joisel, diplômée de l’Institut d’Études Politiques et du master de gestion de projets humanitaires de Paris XII, après plusieurs missions dans le domaine de l’éducation, a travaillé deux ans à l’Est du Tchad avec le Jesuit Refugee Service comme chef du projet éducation primaire pour les déplacés internes.