La revue du Groupe URD

Outils et méthodes

Quality & Accountability COMPAS COMPAS Qualité & Redevabilité
CHS Norme humanitaire fondamentale (CHS)
Pictogrammme Sigmah Logiciel Sigmah
Pictogrammme Reaching Resilience

Reaching Resilience
Pictogrammme brochure Formation Environnement
Pictogrammme brochure Manuel participation
Pictogrammme globe terrestre "Mission Qualité"
Pictogrammme PRECIS Humatem Méthode PRECIS

Quelles leçons pour la reconstruction ont été tirées du séisme du 12 janvier 2010 ?
Caroline BROUDIC, juillet 2012

 

 L’hypertrophie de l’Aire métropolitaine s’inscrit-elle dans un plan national d’aménagement du territoire ?

La politique développée par l’UCLBP ne se réduit pas à la seule zone affectée par le séisme, mais affiche son ambition nationale. Un chapitre est ainsi consacré au logement en milieu rural et semi rural. Il est bien évident toutefois que la question de l’aménagement du territoire est bien plus liée à des facteurs économiques et d’accès aux services de base que d’habitat. Il s’agira plus alors de s’interroger sur la cohérence entre cette politique et les stratégies nationales dans les secteurs de l’agriculture, de la santé, de l’éducation. Et peut-être de réfléchir à une politique qui ne prendrait pas comme un fait établi le doublement de la population de la région métropolitaine sur une période de 17 ans, mais développerait une stratégie nationale d’équité territoriale.

 Conclusion

La reconstruction n’a pas encore été réellement initiée et il serait prématuré d’anticiper sur de quelconques conclusions d’autant que celle-ci est planifiée sur une dizaine d’années. Les points adressés dans cet article ne sont donc, à ce stade, que des points de vigilance sur lesquels l’Observatoire du Groupe URD [2] envisage de porter son attention dans les mois à venir. Ils reprennent en effet des facteurs structurels qui se sont révélés être aggravants lors du séisme du 12 janvier : exclusion, absence de planification urbaine (et plus largement du territoire) et exode rural associé à la forte centralisation. Si ces questions ne font pas l’objet d’une véritable politique avec les moyens afférents, alors du séisme et de ses 220 000 victimes [3], aucun enseignement n’aura été tiré. Sans vouloir préjuger du futur, il semblerait toutefois que les ambitions aient été revues à la baisse et que le rêve d’un Port-au-Prince nouveau et moderne se soit transformé en une copie conforme du Port-au-Prince avant séisme : une grande tâche urbaine qui s’étend sans planification où l’ensemble des services est privatisés et où les principes d’équité demeurent une abstraction simplement inscrits dans le préambule de la Constitution de 1987. C’est pourquoi deux ans et demi après le séisme, il semble légitime de se reposer cette question : qu’avons-nous appris du 12 janvier 2010 ?


[2] Deux études en cours sur « Environnement & Reconstruction » et « Approche communautaire »

[3] Les chiffres officiels du gouvernement haïtien font état de 220 000 à 250 000 victimes

En savoir plus

Politique nationale du logement, de l’habitat et du développement urbain, Gouvernement de la République d’Haïti, version du 30 avril 2012, document pour commentaires et suggestions