Accueil | Publications | Humanitaires en mouvement | Humanitaires en mouvement n°7 | Enjeux et difficulté de la gestion de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène à Port-au-Prince : comment sortir de (...)

La revue du Groupe URD

Outils et méthodes

CHS Norme humanitaire fondamentale (CHS)
Pictogrammme Sigmah Logiciel Sigmah
Pictogrammme Reaching Resilience

Reaching Resilience
Pictogrammme brochure Formation Environnement
Pictogrammme brochure Manuel participation
Pictogrammme COMPAS Méthode COMPAS
Pictogrammme globe terrestre "Mission Qualité"
Pictogrammme PRECIS Humatem Méthode PRECIS

Humanitaires en mouvement n°7, N° spécial " Haïti "

Enjeux et difficulté de la gestion de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène à Port-au-Prince : comment sortir de l’urgence ?
Julie Patinet

Gérer l’accès à l’eau et l’assainissement est une des tâches les plus complexes auxquelles sont confrontées les institutions urbaines. Ces défis sont particulièrement complexes dans une ville détruite par un séisme. Les interventions de la communauté internationale ont été extrêmement efficaces pour approvisionner les sinistrés en eau dès les premiers jours, mais ont révélé leur manque de préparation et d’outils pour la gestion des excrétas en situation d’urgence en ville, ainsi que la difficulté chronique à sortir de l’urgence. Les leçons que l’on pourra tirer de la réponse au séisme en Haïti seront de facto importantes pour faire évoluer les pratiques.

  Sommaire  

 Etat des lieux

Le contexte avant le séisme

Le secteur de l’eau et de l’assainissement en Haïti en général et dans les zones urbaines en particulier était très mal en point avant le séisme du 12 Janvier 2010, malgré les efforts notamment de la toute jeune DINEPA, nouvelle autorité régulatrice ayant pour mandat de réformer et harmoniser le secteur. A Port-au-Prince, moins de 30% des Haïtiens étaient desservis par le service municipal d’eau, et moins de 50% avaient accès à des toilettes. Le réseau de la centrale autonome métropolitaine d’eau potable (CAMEP), sous-dimensionné au regard de l’augmentation de la population (passage de 300 000 habitants à 2 300 000 en quelques décennies), était vétuste et souffrait d’un défaut d’entretien chronique.

Le secteur privé de vente d’eau s’est développé à Port-au-Prince pour combler ces manques mais sans contrôle, faute de moyens. Pour leur approvisionnement en eau potable, les Port-au Princiens ont l’habitude de boire de l’eau traitée par osmose inverse, qu’ils achètent dans les centaines de kiosques qui jalonnent la ville, soit sous forme de petits sachets (pour une consommation immédiate), soit en bouteille de 22 litres. L’approvisionnement en eau de quartiers non desservis par le réseau s’effectue aussi par de nombreux transporteurs avec leur camion-citerne. Cette solution privée est toutefois loin de combler les défaillances de couverture du réseau métropolitain de la CAMEP.

En ce qui concerne les toilettes, les ménages en disposant avaient recours aux bayakous (vidangeurs traditionnels) lorsqu’ils pouvaient se payer le service. Ces bayakous sont une population stigmatisée au sein de laquelle la consommation d’alcool est un moyen habituel permettant de gérer les odeurs et l’impact psychologique de ce type de travail. Les vidanges se font la nuit, et sont déversées plus loin, dans les rues ou les ravines, ce qui a pour effet de « déplacer » le problème. Les bayakous sont sujets à de grandes violences de la part des communautés. Leur espérance de vie est moindre, et ce d’autant plus que les gens vident dans leur toilette tout type d’objet solide, y compris des objets coupants qui blessent les bayakous et leur causent des infections souvent mortelles à cause du contact avec les excréments frais.

La gestion des déchets solides à Port-au-Prince consiste à déplacer les ordures d’un endroit pour les mettre dans une ravine, ou un dépotoir. Une faible partie est vidée à la décharge de Truitier, sous la responsabilité de la SMCRS [1] , à la sortie de la ville. Les risques sanitaires sont d’autant plus extrêmes que cette décharge sert également d’exutoire aux boues de vidanges.

Ainsi en 2009, la création de la DINEPA [2] représentait une avancée significative, dans un pays qui commençait à émerger d’une décennie de troubles, à construire sa gouvernance et à préparer des élections. Le partage des responsabilités et les rapports de force entre la CAMEP et la DINEPA ont été l’un des défis majeurs de la réforme. Tel était le contexte le 12 janvier au matin.


[1] Société Métropolitaine pour la Collecte des Résidus Solides.

[2] La Loi cadre instituant la réforme du secteur de l’eau potable a été votée par la Chambre des Députés en janvier 2009. Elle est entrée en vigueur avec la promulgation de la loi au journal officiel « Le Moniteur » du 25 mars 2009.