Accueil | Publications | Humanitaires en mouvement | Humanitaires en mouvement n°7 | Port-au-Prince, catastrophe urbaine - crise humanitaire

La revue du Groupe URD

Outils et méthodes

CHS Norme humanitaire fondamentale (CHS)
Pictogrammme Sigmah Logiciel Sigmah
Pictogrammme Reaching Resilience

Reaching Resilience
Pictogrammme brochure Formation Environnement
Pictogrammme brochure Manuel participation
Pictogrammme COMPAS Méthode COMPAS
Pictogrammme globe terrestre "Mission Qualité"
Pictogrammme PRECIS Humatem Méthode PRECIS

Humanitaires en mouvement n°7, N° spécial " Haïti "

Port-au-Prince, catastrophe urbaine - crise humanitaire
Béatrice Boyer

Comment sortir des errances, méconnaissances et défis de l’aide humanitaire en milieu urbain ? Mise en question des processus humanitaires classiques - actions ponctuelles ou actions sectorielles - face à la nature et à l’ampleur des besoins d’aide humanitaire, et à la reconstruction dans des systèmes sociaux, environnementaux et institutionnels qui constituent la ville.

 Le contexte haïtien de la catastrophe

Haïti, héros et victime de son Histoire, n’en finit pas de tenter de cicatriser un passé tout en se désintéressant systématiquement de son présent et, plus inquiétant, en donnant parfois l’impression de faire fi de son avenir. Victime de multiples fléaux, Haïti engendre les crises autant qu’elle les subit. Aussi, le séisme qui a frappé le pays en son cœur vital – urbain, politico-administratif, économique, démographique – n’apparait malheureusement que comme un maillon évènementiel et brutal dans la succession et la multiplicité des crises qui s’enchaînent sur ce petit pays, à l’histoire saccadée et violente. Les impacts du tremblement de terre, tout comme les énormes difficultés pour y apporter des réponses d’aide adaptées, sont ici amplifiés du fait de la conjonction des vulnérabilités urbaines et du faible niveau de préparation aux risques et aux interventions en milieu urbain.

Au cœur de ces évènements, c’est la capitale haïtienne, Port-au-Prince, métropole urbaine, passée en quelques décennies de 300.000 à près de 3 millions de personnes, qui est touchée. Les autorités nationales et locales sont directement affectées à tous les niveaux et dans la confusion totale, avec des pertes humaines et des destructions de bâtiments publics. Ces autorités se sont trouvées dans de grandes difficultés pour prendre des décisions. En face, de très nombreuses structures humanitaires aux fortes compétences et impressionnantes capacités logistiques interviennent mais sans savoir-faire ni savoir-coordonner adaptés à ces contextes urbains.

La question est double : Et si cette catastrophe en milieu urbain était autant une opportunité de restructuration des fonctionnements urbains pour Haïti qu’une occasion d’évolution des pratiques sur ce type de contexte pour tout le secteur de l’aide ?