Accueil | Newsletter | Rémi Russbach

La revue du Groupe URD

Outils et méthodes

CHS Norme humanitaire fondamentale (CHS)
Pictogrammme Sigmah Logiciel Sigmah
Pictogrammme Reaching Resilience

Reaching Resilience
Pictogrammme brochure Formation Environnement
Pictogrammme brochure Manuel participation
Pictogrammme COMPAS Méthode COMPAS
Pictogrammme globe terrestre "Mission Qualité"
Pictogrammme PRECIS Humatem Méthode PRECIS

Rémi Russbach
Vice-Président de la Société internationale de médecine de catastrophe et membre fondateur de la « Geneva Foundation pour la protection de la santé dans la guerre ». Membre du CA du Groupe URD.

Rémi Russbach
Vice-Président de la Société internationale de médecine de catastrophe et membre fondateur de la « Geneva Foundation pour la protection de la santé dans la guerre ». Membre du CA du Groupe URD.

Le Groupe URD-20 ans déjà !

Si je me suis intéressé d’emblée au Groupe URD c’est parce que sa raison d’être s’inscrit dans le prolongement de ma carrière professionnelle au Comité International de la Croix-Rouge (CICR), axée principalement sur la protection de la santé des victimes des conflits armés et sur l’orientation de l’aide humanitaire vers les vrais besoins des populations en détresse plutôt que vers ceux des donateurs.

La position du Groupe URD est unique car elle sert de pont entre les organisations humanitaires qui doivent se débattre dans les difficultés pratiques du terrain et les universitaires qui étudient les questions d’aide humanitaire souvent trop en retrait des contraintes pratiques de chaque situation.

La spécificité du Groupe URD est donc de pouvoir observer les situations avec un recul difficile à garder par les acteurs du terrain. Les observatoires du Tchad et de Haïti illustrent bien cette complémentarité entre les acteurs et les observateurs.
Bien avant que l’on parle de continuum, le Groupe URD a considéré que l’action humanitaire ne devait pas se limiter à l’urgence et qu’elle pouvait déjà préparer les bases du développement à venir, en évitant si possible la création de besoins impossibles à satisfaire sur le long terme.

La complémentarité des différentes activités liées au cycle de l’apprentissage propres à l’identité du Groupe URD donne une cohérence aux activités de l’organisation qui est très fructueuse.

Les évaluations d’actions humanitaires de différentes organisations lui permettent de collecter d’innombrables exemples de succès, d’échecs et de contraintes qui serviront de base à l’apprentissage et à la formation des futurs responsables. La participation du Groupe URD à de nombreux cours de formation, notamment sur le terrain, permet de diffuser son expérience et d’élargir son réseau.

Les méthodes de pilotage de l’action humanitaire comme COMPAS Qualité et Sigmah imaginées par le Groupe URD sont aussi des aides précieuses à la prise de décision car elles favorisent la réflexion sur mesure continue au détriment du « prêt à penser », rarement applicable dans des situations de crise humanitaires où les paramètres et les contraintes sont extrêmement volatiles.

La crédibilité du Groupe URD est le résultat de son expérience unique du terrain et du professionnalisme de ses apports intellectuels. Son indépendance est un atout considérable à sauvegarder à tout prix, Elle lui permet d’agir parfois comme un « Poil à gratter intellectuel », d’exprimer librement des opinions novatrices et créatives et de remettre ainsi en question certains modes d’action trop ancrés dans les habitudes. Ce rôle rend un immense service aux personnes en détresse et à ceux qui les aident.

Il est souhaitable que dans l’avenir, le Groupe URD garde la fraîcheur, la créativité et l’enthousiasme de ses 20 ans car en dépit des énormes progrès réalisés dans les aides humanitaires d’urgence et de développement, beaucoup reste encore à faire et à maintenir.

Le Groupe URD peut encore se rendre très utile en participant à l’élaboration des stratégies humanitaires nationales, européennes et internationales, grâce à son ancrage sur le terrain et à son réalisme.
Sa grande force provient de la motivation de ses collaborateurs et de leur expérience.
Sa faiblesse est l’incertitude chronique de son financement qui rend son administration parfois angoissante. Pourrait-on acquérir une plus grande aisance financière sans vendre son âme au diable ou sommes-nous condamnés à tirer ce dernier par la queue ?

Souhaitons encore une longue jeunesse au Groupe URD et beaucoup de créativité pour ses collaborateurs. Ne perdons jamais de vue notre raison d’être et gardons une taille à échelle humaine, garante de la souplesse de notre structure.