Accueil | Antennes terrain | Le Groupe URD au Sahel | Un focus important sur le Mali depuis 2012

La revue du Groupe URD

Outils et méthodes

CHS Norme humanitaire fondamentale (CHS)
Pictogrammme Sigmah Logiciel Sigmah
Pictogrammme Reaching Resilience

Reaching Resilience
Pictogrammme brochure Formation Environnement
Pictogrammme brochure Manuel participation
Pictogrammme COMPAS Méthode COMPAS
Pictogrammme globe terrestre "Mission Qualité"
Pictogrammme PRECIS Humatem Méthode PRECIS

Un focus important sur le Mali depuis 2012

Mots-clés: Afrique de l’Ouest /

Le Groupe URD est fortement sollicité depuis la dernière crise politique survenue au Mali en 2012, et la crise agro-climatique et alimentaire.

 Diagnostic des besoins, des risques et analyse du contexte

Dès février 2013, le Groupe URD a réalisé une évaluation en temps réel et un diagnostic des besoins au Mali pour le Centre de crise du ministère des Affaires étrangères français. Ce travail a permis de fournir une analyse du contexte ainsi que des risques et précautions à prendre sur le plan opérationnel. Il s’est concentré à la fois sur les enjeux à court terme pour répondre aux besoins des populations (action humanitaire, coordination, remise en place rapide des services de base), sur les prémisses du lien-urgence-développement, l’enjeu essentiel du retour de la gouvernance au Nord et l’identification de risques liés aussi bien à la situation qu’aux modalités de mise en place des programmes. Quelques pistes de travail, à la fois sectorielles et organisationnelles, et des recommandations, ont été proposées.

Afin d’assurer une analyse générale du contexte humanitaire et une veille au service des acteurs sur place, le Groupe URD a en parallèle produit un document de capitalisation sur les engagements financiers des bailleurs et les activités des ONG dans la zone sahélienne et principalement au Mali.

Depuis la succession d’évènements violents qui a conduit au déploiement des forces militaires dans le Nord du pays, l’action humanitaire au Nord Mali est confrontée à un certain nombre de défis, le premier étant les difficultés d’accès aux populations vulnérables et la protection de l’espace humanitaire. Pour réfléchir à ces questions centrales, OCHA et le Groupe URD ont organisé en février 2014 un atelier de travail sur le sujet réunissant acteurs politiques, militaires, de développement et humanitaires. Un groupe restreint s’est constitué à l’issue de cet atelier et a soumis à l’Équipe Humanitaire Pays (Nations unies, ONG et le CICR en observateur) un plan d’action, fruit direct des recommandations formulées lors de l’atelier.

 Le mali au carrefour du lien entre urgence et développement

Pour aider les acteurs de l’humanitaire et du développement durant la phase de transition, l’équipe du Groupe URD a également participé et contribué à la préparation d’un séminaire sur le LRRD au Mali, « Accroitre la complémentarité entre l’aide humanitaire et le développement dans les zones post-conflit au Nord Mali », organisé par la Délégation de l’Union européenne, avec des représentants de la DG ECHO, de la DG DEVCO et l’ensemble des partenaires techniques et financiers, les 19 et 20 mars 2014 à Bamako.

L’étude réalisée pour la Banque Mondiale sur les zones à faible densité du Nord Mali vise quant à elle à comprendre et mesurer l’impact des prestations et services de base fournis par l’État, tant au niveau individuel que collectif, et identifier les options susceptibles d’en garantir un accès efficace et équitable, en favorisant la cohésion sociale au Mali.

Dans le même temps, une évaluation des programmes d’agro-écologie soutenus par Terre et Humanisme dans la zone de Gao a été menée en mars 2014 afin, entre autre, de tirer des leçons de la gestion de ce type de programme de développement lors de situation de crise.

Le Mali a été l’un des cas d’étude dans la mission de suivi externe des programmes humanitaires financés par DFID au Sahel, réalisée courant février 2014 dans les zones de Mopti, Tombouctou et Gao.

Le Groupe URD a également réalisé, en collaboration avec l’équipe malienne de Sahel Consult, l’évaluation finale du projet d’OXFAM « Réponse humanitaire aux conséquences du conflit au Mali – 2013/2014 », entre novembre 2014 et janvier 2015 ; ainsi qu’un travail d’appui institutionnel qui vise à soutenir le développement organisationnel de Caritas Mali pour ses interventions d’urgence, afin de renforcer les capacités d’intervention et de préparation, durant le 1er semestre 2016.

 Promouvoir l’apprentissage collectif sur le terrain

Dans un but d’apprentissage collectif, un processus d’Évaluations Itératives avec Mini-Séminaires (EIMS) a été mené durant l’année 2014 dans les régions affectées par la crise Malienne (Mauritanie, Niger et Burkina Faso). Sur la base de plusieurs missions terrain conduites par une équipe multidisciplinaire, le processus EIMS au Sahel a été constitué de revues opérationnelles et stratégiques, d’analyse des systèmes de suivi, et d’évaluations de programmes. Ceci a abouti à la production et à une large diffusion de recommandations clés pour l’ensemble de la communauté de l’aide, ainsi qu’à l’organisation d’ateliers d’échanges et de réflexions en clôture de chaque mission terrain.

En particulier, la conférence « Mali : éclairer le futur - Leçons tirées du passé pour penser l’après-Alger », organisée à Bamako en fin d’année (15 décembre 2014) a permis de revisiter les planifications stratégiques des divers acteurs impliqués, ceci à la lumière des négociations en cours à Alger, entre le gouvernement du Mali et les groupes armés du Nord.

Les concepts d’EIMS, d’Observatoires sur le terrain ainsi que les évaluations en temps réel (RTE), développés et testés par le Groupe URD, visent à rendre les mécanismes d’apprentissage et d’amélioration des pratiques plus efficaces.
Ils aident à identifier et à promouvoir les bonnes pratiques au moment et lieu opportuns, d’un point de vue stratégique et technique. Ainsi, ils permettent à la fois aux donateurs et aux agences d’exécution de s’assurer que les changements se produisent là où il faut, et pour le bénéfice des populations affectées. Aujourd’hui des bailleurs de fonds comme USAID, DFID et Irish Aid, soutiennent ces efforts à travers le cofinancement d’activités du Groupe URD dans la région Malienne et en Haïti.