Auteur

François Grünewald

Ce 11e numéro de la revue « Humanitaires en mouvement » retrace les échanges très riches qui ont eu lieu lors des 8ème Universités d’Automne de l’Humanitaire (UAH) sur le thème de la résilience, qui ont été organisées les 29, 30 et 31 octobre 2012 au siège du Groupe URD en présence d’une quarantaine de participants d’origine diversifiée : représentants d’ONG, agences des Nations unies, bailleurs de fonds, membres du mouvement Croix-Rouge, universitaires, etc. Les articles qui suivent sont donc une retranscription des présentations et des débats dont les sujets ont été choisis par les participants au moyen de la méthodologie de l’open space.

Cet évènement a été organisé dans le cadre d’un projet de recherche mené par un consortium composé de CARE Nederland, Wageningen University et le Groupe URD, né du besoin il y a quelques années d’échanger et de réflechir sur le concept flou de résilience. Ces 8es UAH se sont déroulées à une période intéressante, durant laquelle quelques évènements majeurs en octobre ont montré l’importance actuelle du sujet : une conférence sur la résilience au Japon (Japan Conference and Partnering Event on Resilience Against Disasters), une réunion d’experts de haut niveau de l’OCDE à Paris sur la résilience face aux catastrophes naturelles, le Disaster Risk Reduction Working Group de la Commission européenne, sans compter les trois ou quatre publications depuis le début de l’année 2012 (IDS, Sussex University, ODI, etc.). Devenu un terme très à la mode, ce concept n’en reste pas moins souvent abstrait d’un point de vue opérationnel et génère beaucoup de confusion. Si nous demeurons fiers d’avoir eu un rôle pionnier dans cette réflexion dès ses débuts, alors que le sujet n’était encore qu’émergent, nous pensons également que nous avons la responsabilité de contribuer, si ce n’est à sa clarification, au moins à son opérationnalisation. Il ne fait aucun doute que l’intelligence collective qui a pu découler de ces 8es UAH nous mènera dans cette direction.