Accueil | Activités | Recherche | Revue des mécanismes de coordination des programmes monétaires en urgence : étude de cas dans la Corne de l’Afrique et synthèse globale

La revue du Groupe URD

Outils et méthodes

CHS Norme humanitaire fondamentale (CHS)
Pictogrammme Sigmah Logiciel Sigmah
Pictogrammme Reaching Resilience

Reaching Resilience
Pictogrammme brochure Formation Environnement
Pictogrammme brochure Manuel participation
Pictogrammme COMPAS Méthode COMPAS
Pictogrammme globe terrestre "Mission Qualité"
Pictogrammme PRECIS Humatem Méthode PRECIS

Revue des mécanismes de coordination des programmes monétaires en urgence : étude de cas dans la Corne de l’Afrique et synthèse globale
avril-mai 2012, pour le CaLP

Pakistan, Haïti, Corne de l’Afrique... les programmes monétaires sont devenus une des modalités clés dans la réponse humanitaire que ce soit pour couvrir les besoins immédiats des populations affectées ou pour amorcer la relance des moyens de subsistance. Alors que les programmes se multiplient, avec différentes approches et de nombreux acteurs - humanitaires et du développement, public et privé, nationaux et internationaux - la coordination de ces programmes et leur articulation avec le modèle de la coordination humanitaire proposée par l’approche cluster, revêt de nombreux défis.

Après avoir mené une étude de cas en Haïti le Groupe URD a réalise une seconde étude sur la coordination des programmes monétaires dans la Corne de l’Afrique. Cette étude fait partie d’un mécanisme plus large de revue de la coordination des CTP dans les situations d’urgence, incluant 3 études de cas (Pakistan, Haïti, Corne de l’Afrique). A l’issue de cette troisième et dernière étude, le Groupe URD a réalisé une synthèse globale des apprentissages tirés de ces trois contextes afin de tirer des leçons pour une meilleure coordination des programmes monétaires lors de futures urgences et de soutenir la construction de la stratégie de plaidoyer du CaLP sur ce sujet au niveau global.

 Étude de cas sur la coordination des programmes monétaires dans la Corne de l’Afrique

Alors que la réponse d’urgence à la crise dans la Corne de l’Afrique a été l’une des plus grandes opérations de transferts monétaires dans cette région, la communauté humanitaire dans son ensemble a renforcé ses mécanismes de coordination autour des transferts monétaires. Le CaLP a joué un rôle catalyseur dans le lancement de cette discussion entre les agences humanitaires à la fois pour le Kenya et la Somalie, avec le soutien de nombreuses ONG, des clusters et des bailleurs de fonds.

L’étude inclue la revue des 6 mécanismes de coordination existant actuellement autour des programmes monétaires dans la Corne de l’Afrique (Kenya et Somalie) :

  • 1. Le Cash Transfer Technical Working Group (CTTWG) pour le Kenya - présidé par le CaLP ;
  • 2. Le Somalia Cash Based Response Working Group (CBRWG) pour la Somalie - présidé par Horn Relief et Coopi ;
  • 3. La coordination inter-cluster animée par la FAO pour les clusters sur la Somalie ;
  • 4. Le sous-groupe du gouvernement sur les transferts monétaires - présidé par le ministère du Nord Kenya, le Ministère d’État pour les programmes spéciaux et co-animé par le CaLP ;
  • 5. Le groupe de travail régional sur le cash co-animé par le CaLP et la FAO – lancé le 16 février 2012 ;
  • 6. Le groupe « Cash and Voucher monitoring » pour la Somalie - coordonné par l’UNICEF.

Cette étude a permis de documenter le mécanisme de coordination mis en place pour les CTP depuis la phase de réponse jusqu’à aujourd’hui en réponse à la crise dans la Corne de l’Afrique et d’analyser les facteurs de réussite et les points à améliorer.

 Analyse comparative des 3 études de cas et synthèse globale sur la coordination des programmes monétaires en urgence

Cette synthèse globale vise à nourrir la réflexion globale sur la coordination des programmes monétaires en urgence.

Afin de compléter l’analyse comparative, une enquête en-ligne a été réalisée afin de recueillir les expériences et attentes sur la coordination des programmes monétaires. Elle s’est adressée à une grande diversité d’acteurs qui collaborent sur ces programmes : organisations humanitaires et de développement, acteurs nationaux et internationaux, bailleurs, gouvernement, acteurs du privé, chercheurs, etc.