Financé par

Agence Française de Développement (Mali)

L’analyse porte aussi une attention particulière à la dimension et aux lignes de clivage inter- et intracommunautaires ainsi qu’aux mécanismes possibles de prévention et de gestion des conflits.

Comprendre pour agir sur les points agro-écologiques, socio-culturels et politiques est essentiel. Mais ce besoin de compréhension est encore plus nécessaire quand le contexte est changeant, incertain, difficile à cerner et potentiellement dangereux.

Il convient donc d’apporter des clés de compréhension du Gourma pour permettre de :

  • Disposer d’une analyse sur les spécificités, les potentialités et les contraintes socio-économiques et de gouvernance d’une zone géographique caractérisée par un terroir agro-pastoral plus que par une identité administrative ou humaine, objet d’un intérêt croissant ;
  • Réfléchir aux risques et aux scénarios possibles dans un contexte où les spécificités locales et les enjeux globaux sont en interaction permanente ;
  • Réfléchir et proposer des recommandations sur les axes et modalités d’interventions.
  • Réunir les éléments de connaissance et d’analyse, mais aussi des capacités de scénarisation et de réflexion opérationnelle, pour donner à l’AFD des clés pour la programmation de ses engagements dans le Gourma.

Contexte

Avec son histoire complexe et ses sociétés multiples, le Gourma a toujours été une zone de repli et de refuge lors des crises affectant ses périphéries. Au cœur des grandes dynamiques pastorales du Mali et de la sous-région, le Gourma est constitué d’une large gamme d’écosystèmes dont la gestion collective est au centre de contrats sociaux et de mécanismes de gestion des conflits.

Depuis quelques temps, le Gourma connaît de nouvelles tensions avec des contaminations issues des crises du sud et de l’ouest. Par ailleurs l’installation de la base de Barkhane à Gossi est un élément de contexte important. Sur la base des activités développées dans la zone avec le soutien de différents bailleurs de fonds, les ONG et les Nations unies soulignent l’ampleur des besoins et des allers retours permanents entre urgence et développement et de la nécessité de développer des approches concertées. Les difficultés d’accès impliquent pour les ONG, seules en capacité de travailler dans ces zones, des négociations complexes avec les acteurs locaux ce qui impose la nécessité de distance avec toutes les forces militaires et politiques. Travailler dans le Gourma est rendu d’autant plus complexe que la zone est sous la dépendance de trois régions différentes et qu’elle est traversée de problématiques qui transcendent les limites administratives.

Réalisé par

François Grünewald

Directeur général et scientifique (depuis 2009)