L’aide humanitaire et l’aide alimentaire font partie intégrante du paysage soudanais depuis des décennies. Pour l’aide française – vue la faiblesse des fonds humanitaires alors disponibles et l’absence de mécanismes dédiés aux situations de transition – les moyens mobilisables par le Comité Interministériel de l’Aide Alimentaire (CIAA) dans le cadre des engagements français dans la Convention de l’Aide Alimentaire dite « Convention de Londres » représentaient une des rares « marges de manœuvre » significative pour intervenir dans un contexte complexe comme le Soudan.

Ainsi, l’évaluation s’est notamment interrogée sur l’adéquation entre les engagements français au titre de la Convention de Londres et les approches contextuelles spécifiques nécessaires sur le plan de la sécurité alimentaire.

La mission s’est rendue au Soudan (Khartoum, Sud et Darfour). Les autorités nationales, les agences des Nations unies, les ONG, le CICR ainsi que les bailleurs de fonds ont été contactés. Une attention particulière a été portée à la bonne articulation avec les autres activités dans ce secteur mises en place par d’autres parties prenantes, comme les Nations unies et autres bailleurs, notamment américains (USAID), britanniques (DFID), européens (délégation de la Commission à Khartoum, DG ECHO), etc. Une gamme diversifiée de projets d’aide alimentaire a été visitée sur le terrain au Sud Soudan.

Réalisé par

Véronique
Véronique de Geoffroy

Directrice générale adjointe

François Grünewald

Directeur général et scientifique