Financé par

Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (MEAE)

Le principe 6 de la GHDI invite les bailleurs à « allouer les financements humanitaires en proportion des besoins et sur la base d’évaluation de ces besoins », tandis que le principe 7 invite « les organismes chargés de l’exécution de l’aide humanitaire à assurer, dans toute la mesure du possible, une participation adéquate des bénéficiaires à la conception, à la mise en œuvre, au suivi et à l’évaluation de la réponse humanitaire ».

Ce que l’on nomme la Good Humanitarian Donorship Initiative (GHDI) a été lancé en juin 2003 à Stockholm par tous les bailleurs membres de l’OCDE. Elle correspond à une volonté de se mettre d’accord sur une approche commune de l’assistance humanitaire et d’améliorer la cohérence des bailleurs autour de principes essentiels, pour rendre l’action humanitaire plus efficace et organisée. 23 principes explicitent et clarifient une définition commune de l’aide humanitaire, basée sur les principes d’humanité, d’impartialité, de neutralité et d’indépendance.

Sur la base de ces principes posés par la GHDI, ce travail a permis de réfléchir à une amélioration des mécanismes de diagnostic et de consultation des populations dans l’action humanitaire.

Réalisé par

François Grünewald

Directeur général et scientifique (depuis 2009)

Véronique
Véronique de Geoffroy

Directrice générale adjointe (depuis 1999)