Financé par

Unité conjointe environnementale UNEP / OCHA (JEU)

Dans la continuité de l’étude « Environnement et action humanitaire : accroître l’efficacité, la durabilité et la responsabilité », le Groupe URD – qui avait contribué à ce travail – a accompagné une mission du JEU en Haïti pour évaluer cela dans la réponse humanitaire post-séisme.

Pour rappel, l’étude précitée, menée par l’unité conjointe environnementale UNEP / OCHA (JEU) en 2014, avait souligné qu’en dépit du fait que l’environnement soit considéré comme un élément transversal, les questions environnementales ne sont pas systématiquement intégrées dans la préparation et la réponse humanitaire, y compris dans le relèvement précoce.

L’équipe s’est concentrée sur plusieurs thématiques dont la gestion des déchets, la question de l’eau, la gestion des risques dans le choix des sites pour la reconstruction et la déforestation. Il s’agissait notamment de comprendre les blocages, et d’identifier les bonnes pratiques potentiellement duplicables en Haïti ou dans d’autres contextes. Un certain nombre d’acteurs institutionnels, organisations humanitaires, de développement et bailleurs de fonds ont été rencontrés dans le cadre de cette étude. Celle-ci visait en outre à informer les partenaires sur les outils disponibles et identifier des mesures spécifiques pour les soutenir afin de renforcer l’intégration environnementale au cours de la mise en œuvre de leurs activités programmatiques et des opérations d’urgence.

Le lancement de l’Appel de Transition (TAP) pour Haïti a marqué une étape importante vers la résilience et offert une excellente occasion d’évaluer dans quelle mesure les préoccupations environnementales ont été prises en compte pour réduire les risques et agir sur les vulnérabilités. Le TAP a également fournit des points d’entrée intéressants pour l’intégration environnementale.

Réalisé par

S. Brangeon
Samantha Brangeon

Référente du volet "Environnement"