Financé par

USAID, Irish Aid & UKAID

Dans le cadre des programmes d’intervention, mais aussi du fonctionnement des organisations (bureaux et maisons des expatriés), les acteurs de l’aide génèrent des déchets qui peuvent être nocifs pour l’environnement s’ils ne sont pas gérés de manière adéquate (huiles de vidange, déchets électroniques, déchets médicaux, etc.). Comme dans beaucoup de pays du Sud, la question des déchets en Haïti n’est malheureusement pas perçue comme une priorité par les décideurs publics. Le système des déchets se caractérise par l’absence totale de traitement que ce soit pour les déchets ménagers ou pour les déchets dangereux.

Face à ce contexte, et si l’on se réfère au principe de l’aide du Do No Harm (Ne pas Nuire), les ONG et autres acteurs intervenant dans la reconstruction ont une responsabilité de réduire au minimum la quantité de déchets qu’ils produisent et d’améliorer leur gestion afin qu’elle soit acceptable au regard de la protection de l’environnement.

L’étude réalisée a montré qu’à l’exception des déchets médicaux pour lesquels les ONG ont mis en place des systèmes de gestion (incinération/exportation), la question des déchets a été faiblement prise en compte par les acteurs de l’aide en Haïti. Ces derniers sont généralement peu conscients des déchets qu’ils produisent et de la manière dont ils sont gérés, au-delà du contrat de service qu’elles passent avec des entreprises locales de collecte et que les liens entre les acteurs de l’aide et les initiatives privées de recyclage développées depuis 2010, sont quasi-inexistants.

Le contexte haïtien présente néanmoins des opportunités de recyclage dont doivent se saisir les acteurs de l’aide. Un grand nombre de déchets non dangereux (papier/carton/plastiques/métaux/aluminium etc.) et dangereux (huiles de vidange, déchets électroniques) peuvent en effet être recyclés en Haïti. Il est également nécessaire pour les acteurs de l’aide de réduire la quantité de déchets qu’elles produisent et de remettre en question leurs choix de matériaux et d’emballages utilisés dans le cadre des programmes (formations ou distributions par exemple).

Les acteurs de l’aide doivent s’interroger sur l’étendue de leurs responsabilités vis à vis des déchets produits au delà de ce qui est visible. La prise en compte de cette thématique de la planification à la mise en œuvre, constitue un enjeu d’exemplarité et de transparence, pouvant avoir un impact sur la qualité de leurs programmes et sur leur acceptation dans leurs zones d’intervention. Des solutions techniques doivent être développées et adaptées au contexte local. Mais surtout, elles doivent prendre place dans un contexte réglementaire qui permettrait également leur prise en compte institutionnelle afin de permettre des changements de pratiques pérennes.

L’étude a présenté une cartographie des initiatives de recyclages existantes en Haïti et proposé des pistes de solutions pour l’amélioration des pratiques de prévention et de gestion des déchets à destination des acteurs de l’aide et du secteur en général.

Logo du réseau REH

Réseau environnement humanitaire

Intégrer une démarche environnementale dans l’action humanitaire

Réalisé par

S. Brangeon
Samantha Brangeon

Référente du volet "Environnement"