Auteur

Cécile Le Grix

Analyse du conflit

Ouvrage

Pas de printemps pour la Syrie : les clés pour comprendre les acteurs et les défis de la crise (2011-2013), François Burgat, Bruno Paoli, La Découverte, 2013, 356 p.
Cet ouvrage apporte des clés pour comprendre les racines historiques et les ressorts politiques, économiques et idéologiques de la crise. Des sensibilités différentes s’expriment : certains craignent une « irakisation » du conflit, d’autres espèrent que l’extrémisme d’activistes des deux camps n’empêchera pas l’émergence d’une société civile capable de résister à la division confessionnelle et au radicalisme islamiste.
http://ifpo.hypotheses.org/5419

Évaluation

Échec coupable en Syrie : Évaluation de l’impact des résolutions du Conseil de Sécurité de l’ONU sur la protection et l’aide aux civils en Syrie, Martin Hartberg & al., Oxfam International, Save The Children, World Vision & al., mars 2015, 34 p.
Cette évaluation, réalisée par une vingtaine d’organisations humanitaires travaillant en Syrie ou aux alentours, accuse le Conseil de sécurité des Nations unies d’avoir manqué à son devoir envers la population syrienne. Les résolutions adoptées depuis un an pour accroître l’aide et permettre son acheminement n’ont pas été suivies d’effets, le Conseil de sécurité n’ayant pas assuré comme il se doit le respect de ces résolutions. Les ONG ont noté le Conseil de sécurité sur quatre critères : la protection des civils, les avancées politiques, le soutien financier à l’intervention humanitaire et l’accès humanitaire. Sur les trois premiers critères, la communauté internationale a obtenu un F, signifiant que la situation s’est détériorée. En ce qui concerne l’accès humanitaire, elle a reçu un D, ce qui signifie qu’aucune amélioration n’a été observée.
https://www.oxfam.org/sites/www.oxfam.org/files/file_attachments/bp-failing-syria-unsc-resolution-120315-fr1.pdf

Rapports

New approach in Southern Syria, Middle East Report n°163, International Crisis Group, septembre 2015, 42 p.
Ce rapport présente une analyse de la situation militaire dans le sud de la Syrie : ainsi, la capacité du régime à maintenir le contrôle dans cette zone diminue et entraîne une implication plus forte du Hezbollah et de l’Iran sur le champ de bataille. Les auteurs analysent le rôle de la diplomatie internationale et examinent également l’argument courant dans les débats politiques actuels qui veut que l’opposition soit inévitablement dominée par des extrémistes.
http://www.crisisgroup.org/~/media/Files/Middle%20East%20North%20Africa/Iraq%20Syria%20Lebanon/Syria/163-new-approach-in-southern-syria.pdf

Trapped in conflict: Evaluating scenarios to assist at-risk civilians, ICRC, InterAction, juillet 2015, 14 p.
Face aux risques accrus auxquels fait face la population civile dans de nombreux contextes de guerre, ce rapport passe en revue différents scénarios pour venir en aide aux civils en danger dans ces zones de conflit : évacuations, abris sûrs, zones d’exclusion aériennes, zones tampons. Ces analyses sont basées sur des expériences récentes au Soudan du Sud, en Centrafrique, Irak, Libye et Syrie. Ce rapport reprend les réflexions échangées lors d’une table-ronde où les participants ont pris en compte les aspects politiques, juridiques et logistiques de ce genre d’opérations, et ont basé leurs conclusions sur le droit international applicable.
http://www.interaction.org/document/trapped-conflict-roundtable-outcome-report

Local engagement with armed groups in the midst of violence, ACCORD Insight, Conciliation Resources, mai 2015, 43 p.
La politique internationale est ambigüe en ce qui concerne la nécessité d’engager ou non le dialogue avec les groupes armés non étatiques, mais tandis que les États se dérobent, les populations locales peuvent déjà être « en contact avec eux », remarque cette publication de Conciliation Resources. Le document se base sur quatre études de cas approfondies menées en Colombie, dans le nord de l’Ouganda, en Irlande du Nord et en Syrie dans le but d’analyser le rôle de la population locale dans le dialogue avec les acteurs armés. Il rappelle que dans les zones de conflits, les populations locales ne sont pas simplement des acteurs passifs, mais peuvent amplement contribuer à la sécurité des habitants et à la construction de la paix.
http://www.c-r.org/sites/default/files/CONJ2670_Accord_new_paper_for_January_06.05.15_WEB.pdf

Syria, Alienation and violence: Impact of Syria crisis report 2014, Syrian Centre for Policy Research (SCPR), UNRWA, UNDP, mars 2015, 66 p.
Publié alors que le conflit syrien entre dans sa cinquième année, ce rapport, produit par le Centre syrien pour la recherche en politique, avec le soutien du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et de l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens (UNWRA), brosse un tableau très sombre de la situation. Il décrit l’impact économique de la crise, l’effondrement des systèmes d’éducation, de santé et d’assistance sociale et attire l’attention sur la situation désespérée des 560 000 réfugiés palestiniens en Syrie.
http://www.unrwa.org/sites/default/files/alienation_and_violence_impact_of_the_syria_crisis_in_2014_eng.pdf

Report of the Independent International Commission of Inquiry on the Syrian Arab Republic. Rule of Terror: Living under ISIS in Syria, Nations Unies, novembre 2014, 15 p.
Ce rapport est basé sur plus de 300 entretiens avec des femmes, des hommes et des enfants qui ont fui ou qui vivent encore dans les zones contrôlées par l’État Islamique en Syrie. Après avoir dressé le contexte historique de l’émergence de ce groupe ISIS, le rapport décrit les conséquences des règles imposées par ISIS et de leur brutalité sur la population. Il finit par des recommandations envers le gouvernement syrien, les parties en conflit, la communauté internationale, les États influents et les ONG.
http://www.ohchr.org/Documents/HRBodies/HRCouncil/CoISyria/HRC_CRP_ISIS_14Nov2014.pdf

 

La problématique des réfugiés

Revue

The Syria crisis, displacement and protection, Forced Migration Review, Issue 47, septembre 2014, 48 p.
Les 6,45 millions de personnes déplacées à l’intérieur de la Syrie font de cette crise la plus importante en termes de personnes déplacées dans le monde. De plus, le nombre de réfugiés en provenance de la Syrie continue d’augmenter. La communauté internationale a la possibilité de mettre en place, à partir de maintenant, une réponse efficace à cette crise qui va clairement devenir une situation de déplacement prolongée. Les 20 articles de la revue expliquent comment accroître la protection des personnes déplacées et la préparation d’une assistance pour les personnes déplacées mais aussi les communautés d’accueil.
http://www.fmreview.org/fr/syrie

Rapports

Syria four years on: no end in sight, Mapping the situation for internally displaced Syrians and refugees after four years of civil war, ACAPS, février 2015, 31 p.
Après quatre années de guerre, ce rapport fait le point sur la situation des déplacés internes en Syrie et des réfugiés dans les pays limitrophes. Il fournit une analyse des besoins humanitaires pour chaque pays : Syrie, Liban, Jordanie, Irak, Turquie et Égypte. Il présente enfin la réponse humanitaire et les fonds alloués, bien en deçà des besoins.
http://acaps.org/img/documents/s-acaps-report-syria-4-years-on_13_march_2015.pdf

Hardship, hope and resettlement: Refugees from Syria tell their stories, Amnesty International, février 2015, 23 p.
Alors que la guerre en Syrie entre dans sa quatrième année, on estime à plus de 11 millions le nombre de personnes ayant fui leur foyer. Amnesty International va au-delà des statistiques pour présenter les histoires personnelles de huit familles et individus qui ont fui le conflit et tentent maintenant de survivre dans les pays voisins, en Irak, en Jordanie ou au Liban. La publication du rapport marque le lancement de la campagne #OpenToSyria, campagne d’Amnesty International ayant pour objectif d’encourager les pays riches à accepter davantage de réfugiés.
http://reliefweb.int/sites/reliefweb.int/files/resources/mde240042015en.pdf

No escape: civilians in Syria struggle to find safety across borders, Norwegian Refugee Council, International Rescue Committee, novembre 2014, 18 p.
Ce rapport fait le point sur la situation des civils syriens qui cherchent à quitter leur pays en guerre. Les pays limitrophes rendent la venue des réfugiés de plus en plus difficile, ce qui a fait chuter leur nombre de 88 % en un an. Selon les auteurs, la communauté internationale a échoué à apporter l’aide nécessaire aux personnes déplacées. De plus, l’impact de la crise syrienne, en particulier des réfugiés, sur les économies et les services publics des pays hôtes fait peser une pression supplémentaire sur ces derniers. Le rapport demande un renforcement du soutien à la région afin que les pays voisins de la Syrie puissent laisser leurs frontières ouvertes et accueillir les familles réfugiées.
http://www.nrc.no/arch/img.aspx?file_id=9187534

Towards a resilience-based response to the Syrian refugee crisis – A critical review of vulnerability criteria and frameworks, S. Bailey, V. Barbelet, ODI, UNDP, juin 2014, 39 p.
“Now is the time for action to support resilience” (« Il est maintenant temps d’agir pour soutenir la résilience ») affirme le nouveau rapport publié par le PNUD et ODI sur l’impact de la crise en Syrie au niveau régional. Ce rapport procède à un examen critique des critères de vulnérabilité et des cadres utilisés par les partenaires humanitaires pour répondre à la crise. Ce travail permet une analyse plus en profondeur des causes de la vulnérabilité ainsi qu’une intervention de développement basée sur la résilience afin d’offrir non seulement une lecture intelligente de ce qui est nécessaire, mais aussi de ce qui peut être utilisé et adapté pour faire face à la crise.
http://www.odi.org/sites/odi.org.uk/files/odi-assets/publications-opinion-files/9018.pdf

 

Les réfugiés urbains

Rapports

Five years into exile: the challenges faced by Syrian refugees outside camps in Jordan and how they host communities are coping, Care, juin 2015, 8 p.
Ce rapport est basé sur des entretiens menés avec plus de 1300 familles syriennes vivant en milieu urbain en Jordanie. Il rend compte des problèmes que ces réfugiés doivent affronter, de leurs priorités à gérer et de leurs relations avec les communautés d’accueil. Les entretiens révèlent d’importantes différences quant aux impacts de la guerre et du déplacement sur les réfugiés selon qu’ils sont homme, femme, garçons, filles, jeunes ou âgés.
http://www.care-international.org/uploaddocument/news/publications/english/care%20five%20years%20into%20exile%20exec%20summary%202015%20print%20final%20recut.pdf

In search of a home: Access to adequate housing in Jordan, NRC, juin 2015, 36 p.
Ce rapport traite de la problématique du logement des réfugiés syriens en Jordanie. En effet, le manque de logement abordable est un problème central face à l’afflux des réfugiés syriens en Jordanie. Le rapport analyse le lien entre la recherche de logement et la vulnérabilité économique des ménages qu’ils soient syriens ou jordaniens. Pour répondre à ces besoins, NRC a mis en place un programme innovant qui soutient les communautés d’accueil jordaniennes et permet de répondre aux besoins urgents en matière de logement des réfugiés syriens.
http://data.unhcr.org/syrianrefugees/documents.php?page=1&view=grid&Org[‘>’>http://data.unhcr.org/syrianrefugees/documents.php?page=1&view=grid&Org[=116=116]

A precarious existence: The shelter situation of refugees from Syria in neighboring countries, Norwegian Refugee Council, juin 2014, 16 p.
La grande majorité des réfugiés syriens arrivés dans les pays voisins ne vivent pas dans les camps de réfugiés mais parmi les communautés des pays hôtes en milieu urbain, dans les villes et villages, dans des conditions très difficiles. Ce rapport dresse un état des lieux des besoins et présente des solutions pour une meilleure réponse au problème de logement des réfugiés syriens.
http://humanitarianlibrary.org/resource/precarious-existence-shelter-situation-refugees-syria-neighbouring-countries

Lives unseen: Urban Syrian refugees and Jordanian host communities three years into the Syria crisis, CARE International in Jordan, ECHO, avril 2014, 72 p.
Cette étude dresse un état des lieux de la situation des réfugiés syriens en Jordanie. Même si des camps existent dans le pays, la majorité vit dans les villes ou villages et doit faire face à d’importantes difficultés liées aux logements inadéquats, à des dettes élevées et aux coûts élevés de la vie. L’étude a pour objectif d’améliorer la compréhension des besoins et des capacités des réfugiés urbains syriens et des communautés d’accueil, en particulier des femmes et des filles.
http://www.care.org/sites/default/files/documents/CARE%20Jordan_Urban%20Refugees%20and%20Host%20Communities_April%202014_Report.pdf

Évaluations

Shelter needs and the most vulnerable in Tripoli, Lebanon: Rapid Urban Assessment, Emergency Shelter Team, Care International UK, août 2015, 64 p.
Cette évaluation vise à comprendre les conditions de vie des réfugiés syriens, mais aussi des populations libanaises les plus fragiles à Tripoli, et à donner une vue d’ensemble des dispositions au niveau des abris et de l’eau/assainissement. L’objectif est d’identifier une stratégie d’amélioration des conditions de vie et des dynamiques sociales dans les quartiers les plus vulnérables de Tripoli. Pour ce faire, et pour renforcer la résilience des réfugiés et des communautés hôtes, les humanitaires doivent travailler en collaboration avec les instances gouvernementales nationales et locales.
http://reliefweb.int/report/lebanon/shelter-needs-and-most-vulnerable-tripoli-lebanon-rapid-urban-assessment

NRC’s Lebanon host community shelter programmes: “Increasing the availability of host community housing stock and improving living conditions for the provision of refugee shelter” (2013-2014), Ofelia Garcia, Norwegian Refugee Council, 2015, 117 p.
Cette évaluation couvre, sur une période de 12 mois, les programmes de réhabilitation de logements que mène pour les réfugiés syriens au Liban le Conseil Norvégien pour les Réfugiés. Le NRC espère que cette évaluation, grâce aux leçons apprises, pourra servir aux futurs programmes liés à l’habitat.
http://www.nrc.no/arch/_img/9197506.pdf

 

L’Europe et la crise syrienne

Carte

Western Balkans route – Refugee crisis, Echo Daily Map, Emergency Response Coordination Centre (ERCC), 30 septembre 2015.
Cette carte montre la route empruntée par les réfugiés à travers les Balkans fin septembre 2015, ainsi que les principaux pays d’origine des personnes : 70 % d’entre eux arrivent de Syrie.
http://erccportal.jrc.ec.europa.eu/getdailymap/docId/1314

Fiche Infos

Crise en Syrie, Fiche-Info ECHO, Commission européenne, septembre 2015, 4 p.
Cette fiche info présente une carte avec une estimation du nombre de personnes nécessitant une aide humanitaire incluant les déplacées en Syrie et les réfugiés syriens dans les pays voisins. Elle montre les besoins humanitaires et la réponse humanitaire de l’Union européenne, ceci au 14 septembre 2015.
http://ec.europa.eu/echo/files/aid/countries/factsheets/syria_fr.pdf

Communication européenne

Managing the refugee crisis : immediate operational, budgetary and legal measures under the European Agenda on Migration, Communication to the European Parliament, the European Council and the Council, COM(2015) 490, European Commission, 23 septembre 2015, 14 p.
Cette Communication de la Commission européenne a pour objectif d’identifier les actions prioritaires à mettre en place dans les six prochains mois pour gérer la crise des réfugiés. Cela inclut des mesures opérationnelles, un soutien budgétaire et la mise en place du droit européen.
http://ec.europa.eu/dgs/home-affairs/what-we-do/policies/european-agenda-migration/proposal-implementation-package/docs/communication_on_managing_the_refugee_crisis_en.pdf

Rapports

The migration crisis ? Facts, challenges and possible solutions, Victoria Metcalfe-Hough, Briefing, ODI, octobre 2015, 6 p.
Depuis début 2014, environ 800 000 personnes, fuyant les conflits et la violence, sont arrivées aux portes de l’Europe à travers des réseaux illégaux. Plus de 50 % d’entre elles sont des syriens. Le manque de réponses adéquates proposées par les gouvernements européens fait que des milliers de réfugiés sont dans une situation extrêmement vulnérable. Ce papier dresse un état des lieux de la situation et du cadre juridique international relatif aux réfugiés. Il propose également aux gouvernements des suggestions pour apporter une réponse plus efficace à cette crise.
http://www.odi.org/sites/odi.org.uk/files/odi-assets/publications-opinion-files/9913.pdf

Protection in Europe for refugees from Syria, C. Orchard, A. Miller, Forced Migration Policy Briefing 10, Refugee Studies Centre, septembre 2014, 82 p.
Ce rapport examine la réponse des pays européens à la crise des réfugiés venant de Syrie. Un aperçu est donné de la réaction européenne en général, avec des résumés des réponses de certains pays (Allemagne, Suède, Norvège, Bulgarie, Grèce et Italie), et une étude de cas approfondie du Royaume-Uni. Alors que les efforts humanitaires pour aider les réfugiés ainsi que leur réinstallation sont reconnus, l’objectif principal de la réponse européenne, qui consiste à contenir la crise dans les pays voisins de la Syrie et à renforcer la fermeture de ses frontières, est insoutenable.
http://www.rsc.ox.ac.uk/files/publications/policy-briefing-series/pb10-protection-europe-refugees-syria-2014.pdf

L’aide humanitaire

Cadres de travail

Regional Refugee and Resilience Plan 2015-2016 in Response to the Syria crisis (3RP), Regional Strategic Overview, UN, septembre 2015, 51 p.
Ce Plan pour la réponse à la crise en Syrie est une initiative collective regroupant près de 200 partenaires : ONG nationales et internationales, humanitaires et du développement, agences onusiennes et partenaires gouvernementaux. Basé sur les plans de réponse des pays concernés de la région (Liban, Jordanie, Turquie, Égypte et Irak), cette stratégie a pour objectif d’aider à mettre en place une réponse coordonnée aux besoins humanitaires des personnes les plus vulnérables des communautés d’accueil, des réfugiés et des déplacés, tout en assurant leur protection et en renforçant la résilience. Le but est également de renforcer la capacité des systèmes d’aide nationaux.
http://www.3rpsyriacrisis.org/wp-content/uploads/2015/01/3RP-Report-Overview.pdf
http://www.3rpsyriacrisis.org/

Comprehensive Regional Strategic Framework for the Syria crisis, Background Document, 2014, 113 p.
Ce cadre stratégique couvre la période 2014-2016 et veut aider à construire des interventions cohérentes entre l’humanitaire traditionnel et le développement afin de répondre aux besoins immédiats des populations, d’assurer leur protection, renforcer les capacités nationales et soutenir la stabilité régionale. L’analyse est répartie en trois sections : une vue d’ensemble de la crise en Syrie ; son impact socio-économique en Syrie et dans les pays voisins ; la question des réfugiés. Une deuxième section présente les besoins par secteur (habitat, eau, sécurité alimentaire, éducation, santé, etc.), et la dernière partie fait état des capacités existantes et des cadres de réponses. Les annexes passent en revue la situation de chaque pays affecté : Jordanie, Egypte, Irak, Syrie, Turquie et Liban.
http://syria.unocha.org/sites/default/files/CRSF%20-%20Framework%20Document%20May%208.pdf

Évaluation

Eastern Aleppo food security and livelihoods household assessment, Syria, REACH, juin 2015, 75 p.
Ce rapport présente les résultats d’une évaluation des besoins humanitaires au sein des ménages dans les zones non contrôlées par le gouvernement de la partie Est de la ville d’Alep. Bien que l’évaluation ait porté toute son attention sur la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance, elle est aussi multi-secteur dans son ensemble et rapporte des indicateurs en ce qui concerne l’accès à l’eau, au logement, à la santé et à l’éducation. Elle permet de comparer les besoins des populations déplacées et ceux des non-déplacées, priorise les besoins d’aide selon les six quartiers géographiques concernés à l’Est d’Alep. Cette évaluation se veut être une base d’information pour les acteurs humanitaires et les réponses à apporter.
http://www.reachresourcecentre.info/system/files/resource-documents/reach_syr_aleppo_food_security_and_livelihoods_assessment_july2015_0.pdf

Rapports

Syrian medical NGOs in the crisis: realities, perspectives and challenges, Zedoun Alzoubi, Syrian voices on the Syrian conflict Series, Norwegian Peacebuilding Resource Centre, octobre 2015, 9 p.
Les ONG syriennes sont vraiment nées pendant la crise actuelle (avant, celles qui existaient étaient sous le contrôle du gouvernement). Parmi les nombreux enjeux auxquels elles font face, il est notamment question d’organisation, de neutralité, de dépendance des bailleurs, de logistique et sécurité, de relations avec l’administration locale, les factions militaires ou encore les gouvernements des pays voisins. Pour répondre à tous ces enjeux, ce rapport montre que les ONG médicales syriennes doivent améliorer leur niveau de compétences, prendre en compte les lois internationales de lutte contre le terrorisme et mettre en place des projets qui couvrent chaque partie du conflit.
http://www.peacebuilding.no/var/ezflow_site/storage/original/application/a845303e7869958a226f5215c661f8bd.pdf

Aid inside Syria: a step in the right direction?, Daryl Grisgraber, Sarnata Reynolds, Refugees International, mai 2015, 12 p.
Le groupe de réflexion et de plaidoyer Refugees International présente un aperçu détaillé des problèmes rencontrés par les organisations d’aide humanitaire intervenant en Syrie. À la suite d’interviews menées en Turquie au mois de mars, les auteurs révèlent les difficultés que rencontrent de nombreux groupes syriens avec les bailleurs de fonds internationaux et les obstacles qui freinent leur aide. Le rapport contient un certain nombre de recommandations adressées au gouvernement des États-Unis et à d’autres bailleurs de fonds, ainsi qu’aux agences des Nations unies et aux ONG internationales.
http://refugeesinternational.org/sites/default/files/150511_syria_local_aid.pdf

International and local/diaspora actors in the Syria response: a diverging set of systems? Eva Svoboda, Sara Pantuliano, HPG Working Paper, HOG, ODI, Mars 2015, 31 p.
Ce rapport s’intéresse aux relations entre les organisations locales et internationales en Syrie, des relations souvent tendues face aux problèmes de sécurité et d’accès aux bénéficiaires. Les lacunes de communication ont parfois conduit les ONG à mener des opérations redondantes en parallèle, à se disputer les financements des bailleurs de fonds, tout cela dans un climat de méfiance et au détriment de l’aide apportée.
http://www.odi.org/sites/odi.org.uk/files/odi-assets/publications-opinion-files/9523.pdf

Breaking the Hourglass: Partnerships in remote management settings: the cases of Syria and Iraqi Kurdistan, Kimberly Howe, Elizabeth Stites, Danya Chudacoff, Feinstein International Center, février, 2015, 50 p.
De plus en plus souvent, et en particulier dans des situations de grande insécurité ou lorsque les gouvernements refusent l’accès aux internationaux, les ONG doivent compter sur des partenaires locaux. Ce rapport analyse ces partenariats dans les situations de gestion à distance de l’aide humanitaire : comment les ONG identifient les partenaires locaux, la question du renforcement des capacités, de l’évaluation, de la redevabilité, mais aussi des conditions requises par les bailleurs, et du retrait éventuel des bailleurs dans ces situations. Les auteurs se basent sur une étude de cas au nord de la Syrie où l’aide arrive de la frontière turque, et sur une revue historique de la situation au Kurdistan irakien dans les années 90.
http://fic.tufts.edu/assets/Breaking-the-Hourglass_Syria_Iraqi-Kurdistan.pdf

Programming experiences and learning from the nutrition response to the Syrian crisis, Field Exchange, n° 48, Emergency Nutrition Network, novembre 2014, 172 p.
Ce numéro de la revue Field Exchange est consacré à la réponse nutritionnelle à la crise syrienne. De nombreux articles présentent les programmes en cours dans la région : Syrie, Jordanie, Liban, Turquie et Irak. Ils concernent le traitement de la malnutrition sévère, les programmes de bons alimentaires, de transferts monétaires, mais aussi les programmes liés à la santé, à l’habitat, ou ceux des ONG spécialisées dans l’eau, l’assainissement et l’hygiène, tout cela influençant évidemment la nutrition.
http://files.ennonline.net/attachments/2279/FEX-48-Web-Total.pdf

 

Le développement de l’aide par les « Cash Transfer Program »

Remittances to Syria: What works, Where and How, Roger Dean, Norwegian Refugee Council, juillet 2015, 26 p.
Cette étude analyse le flux des envois de fonds en Syrie et comment ce système informel de transfert monétaire joue un rôle important au sein des ménages, en dehors du secteur bancaire existant. Il est important pour les acteurs humanitaires de comprendre ce système appelé « hawala » en arabe, afin notamment de mettre en place des programmes de transfert monétaire pour répondre aux besoins urgents des populations.
http://www.alnap.org/resource/20770

Supporting dignified choices « Paper Plus » cash voucher programming in camps in Jordan, Norwegian Refugee Council (NRC), mars 2015, 10 p.
Le NRC est le principal partenaire du HCR dans les camps jordaniens de Zaatari et Azraq qui accueillent des réfugiés syriens. L’organisation est en charge de la gestion des abris et de la distribution des articles non alimentaires. En 2014, un programme de distribution de coupons monétaires, appelé « Paper Plus », a été mis en place. De manière générale, cette approche procure aux bénéficiaires une plus grande flexibilité pour répondre aux besoins urgents de leurs familles, et a plus d’effets positifs que les programmes d’aide « traditionnels », en particulier sur les femmes et sur les communautés hôtes. Ce rapport fournit une analyse détaillée de ce programme « Paper Plus » instauré dans les camps de réfugiés en Jordanie.
http://www.nrc.no/arch/_img/9193386.pdf

Development of a framework for multipurpose cash assistance to improve aid effectiveness in Lebanon: support to the market assessment and monitoring component, Key Development Services, Inspire Consortium, ECHO, juillet 2014, 35 p.
L’objectif de ces trois évaluations de marchés est de fournir au Groupe de travail sur les programmes de transfert monétaire (CTPWG) de l’information pertinente en ce qui concerne l’impact sur le marché de l’assistance monétaire au Liban. Ce rapport vise à fournir un cadre de travail pour aider au montage des programmes d’interventions monétaires, tout en gardant à l’esprit les spécificités régionales. Les trois évaluations portent sur le marché des produits alimentaires secs et transformés, le marché des produits hygiéniques et le marché de location de logements.
http://www.alnap.org/resource/20008

Research to Identify the Optimal Operational Set-up for Multi-Actor Provision of Unconditional Cash Grants to Syrian Refugees in Lebanon, Avenir Analytics, avril 2014, 17 p.
Ce rapport est le résultat d’un travail de recherche de 30 jours au Liban dont l’objectif était d’identifier les meilleures façons pour les multi-acteurs de mettre en place, auprès des réfugiés syriens, des programmes de coupons monétaires ou de transferts monétaires, cela afin de fournir des recommandations d’actions ou de réajustements pour les agences qui s’impliqueraient dans ce type de programme.
http://www.alnap.org/resource/20818

 

L’impact de la crise syrienne sur les communautés d’accueil

Rapports

Impact of Syrian refugees on the Jordanian labour market: Findings from the governorates of Amman, Irbid and Mafraq, Svein Erik Stave, Solveig Hillsund, FAFO, ILO, 2015, 160 p.
Ce rapport présente les résultats d’une enquête menée auprès de ménages de trois villes du nord de la Jordanie qui concentrent à elles seules plus de 76% des réfugiés syriens du pays. L’objectif était d’évaluer les conséquences de l’afflux des réfugiés syriens sur le marché du travail, non seulement les impacts pour les Jordaniens mais aussi les interactions des réfugiés avec le marché du travail en Jordanie. L’enquête s’est donc concentrée sur les questions liées à l’accès au travail, au chômage, à la régulation du travail en Jordanie, aux conditions de travail, au travail des femmes, des jeunes et des handicapés, ainsi qu’au travail des enfants. Le rapport émet des recommandations afin de soutenir dans ces questions les réfugiés syriens et les Jordaniens, en particulier les populations les plus vulnérables qui sont souvent les plus affectées par la crise syrienne.
http://fafo.no/images/pub/2015/20421.pdf

Emergency economies: the impact of cash assistance in Lebanon, An impact evaluation of the 2013-2014 winter cash assistance program for Syrian refugees in Lebanon, International Rescue Committee, août 2014, 43 p.
Ce rapport décrit les impacts du programme de transfert monétaire géré par le HCR et ses partenaires entre novembre 2013 et avril 2014, programme qui a distribué de l’argent à 87 700 réfugiés syriens au Liban. L’évaluation a mesuré l’impact que cela a eu sur le bien-être des ménages, mais aussi, si cette distribution d’argent avait eu des impacts négatifs comme, par exemple, une inflation des prix locaux. En d’autres termes, quels ont été les impacts de ce programme sur l’économie du Liban ? Une caractéristique de cette étude est d’avoir comparé les réfugiés bénéficiaires de l’aide et les réfugiés non-bénéficiaires aux caractéristiques pourtant identiques : cela a permis de mieux percevoir les impacts de l’aide.
http://www.rescue.org/sites/default/files/resource-file/Emergency%20Economies%20Evaluation%20Report%20FINAL%2009.09.14%20%282%29.pdf

Evaluating the effect of the Syrian refugee crisis on stability and resilience in Jordanian host communities: Preliminary impact assessment, REACH, British Embassy Amman, UNHCR, UNICEF, janvier 2014, 44 p.
Le projet REACH sur la crise syrienne a été lancé suite aux tensions qui ont émergé du fait de l’afflux très important de réfugiés syriens en Jordanie. Le projet a mené des évaluations afin de mieux comprendre les besoins des réfugiés et des communautés d’accueil en Jordanie. Les premiers résultats ont d’abord montré les principaux facteurs à l’origine des tensions : trouver un logement, un travail, accéder à l’éducation, à la santé, à l’eau et à tous les services en général. L’objectif était de partager ces informations avec les acteurs humanitaires pour travailler à l’amélioration de la cohésion sociale, de la résilience et de la stabilité des ménages chez les réfugiés syriens et les populations jordaniennes les plus fragiles, et ainsi à l’atténuation des tensions entre les populations. La nécessité de faire le lien entre les secours d’urgence et le développement est apparu comme un facteur important pour faire face aux besoins et améliorer les services de base.
http://www.reach-initiative.org/wp-content/uploads/2014/02/jeffrey.frankens-10022014-093154-REACH-FCO_Syrian-Refugees-in-Host-Communities_Preliminary-Impact-Assessment.pdf

Pagination

p. 29-30