Financé par

Agence Française de Développement.

Au Tchad, nombreux sont les défis en termes de santé reproductive maternelle, néonatale, infantile, adolescente, de planning familial et de violences basées sur le genre. Malgré les améliorations minimes réalisées par le Tchad en termes de couverture sanitaire et de prestations, les indicateurs de santé restent toujours bas. Les taux de mortalité maternelle et infantile sont notamment les plus élevés dans la sous-région, à savoir 860 pour 100 000 naissantes vivantes pour la mortalité maternelle, et 72 pour 1000 naissances vivantes pour la mortalité infantile. En outre, les jeunes et les adolescents qui sont pourtant très touchés par ces problématiques restent les grands absents dans la fréquentation des structures de santé primaire.

Pour répondre à ces difficultés, les ONG CARE, le Bureau d’Appui Santé et Environnement (BASE) et le Groupe URD ont élaboré le projet « PASFASS » (Projet d’Autonomisation Sociale des Femmes tchadiennes par l’Accès aux Services de Santé et la prise en compte des violences basées sur le genre).

Il a pour but d’améliorer l’autonomisation sociale des femmes tchadiennes par un meilleur accès aux services de santé primaire reproductive maternelle, néonatale, infantile et de l’adolescent ainsi qu’au planning familial, et la prise en compte des violences basées sur le genre. Il s’agira d’une part d’accroître la demande avec un accès particulier sur l’approche communautaire, d’autre part d’améliorer la qualité de l’offre des services, et de soutenir l’ensemble de l’action par un mécanisme de recherche.

Les objectifs spécifiques du projet sont les suivants :

  • Promouvoir la demande des services de santé reproductive, maternelle, néonatale infantile et adolescente et de planning familial ;
  • Sensibiliser aux violences basées sur le genre par l’amélioration des pratiques familiales et une approche communautaire ;
  • Améliorer les conditions de vie des femmes et des filles en particulier par un accès à des soins de qualité et l’amélioration de la prévention et le renforcement de la prise en charge des cas de violences basées sur le genre ;
  • Améliorer la connaissance sur les freins et déterminants dans l’accès et l’utilisation des soins de santé reproductive, maternelle, néonatale infantile et adolescente et de violences basées sur le genre.

Dans le cadre de ce partenariat, le Groupe URD est en charge de l’appui à l’apprentissage et à la gestion stratégique du programme, avec les outils qu’il développe pour faciliter l’agilité et la pertinence des interventions. Ceci passe par le suivi d’indicateurs « sentinelles » identifiés via des processus de scénarisation, la réalisation d’études pour « éclairer l’action », et la mise en place d’EIMS (évaluations itératives avec mini-séminaires).

Ce projet est réalisé avec le support de l’Agence Française de Développement. Il vise en priorité les provinces du Mandoul et du Logone Oriental, et se déroule sur une durée de 3 ans.

Réalisé par

Alain Olive

Chercheur - évaluateur, Référent Sahel