Financé par

Ministère des Femmes afghan (MOHA), ministères des Affaires étrangères japonais et allemand JICA & GTZ)

La question du genre en Afghanistan

Depuis la chute du régime des Talibans, la communauté internationale a investi beaucoup de temps et de moyens sur la question du genre, et en a fait l’un des fers de lance de la reconstruction du pays. Le document cadre de la stratégie de reconstruction, l’Afghan National Development Strategy (ANDS) comprend plusieurs secteurs dont l’un dédié à la protection sociale.

L’un des objectifs est une réduction de l’extrême pauvreté qui touche encore une grande partie de la population afghane.
L’ANDS précise en outre que la réduction de l’extrême pauvreté qui touche les femmes est une priorité : « Le but du gouvernement est d’accroître les capacités, les opportunités et de sécuriser l’existence des femmes touchées par la pauvreté chronique en développant leur pouvoir d’action afin de réduire la pauvreté et d’accroître leur autonomie ».
Dans l’Afghanistan Compact, qui fixe et quantifie les objectifs à atteindre d’ici 2010, il est dit que « D’ici 2010, le nombre de femmes chefs de foyer qui sont chroniquement pauvres sera réduit de 20% et leur taux d’emploi aura augmenté de 20% ».

 

Analyser les causes et les conséquences de la pauvreté chronique des femmes en Afghanistan

Dans ce cadre, le gouvernement afghan – via le ministère des Femmes, le MOHA – et deux bailleurs très impliqués sur les questions de genre en Afghanistan (JICA et GTZ) ont confié au Groupe URD un travail de recherche, afin de mieux comprendre les facteurs qui poussent et maintiennent les femmes dans une situation de pauvreté chronique.

Une série d’entretiens individuels et collectifs a été réalisée avec des femmes et des hommes dans plusieurs provinces d’Afghanistan. Le but de ce travail était de formuler des recommandations afin de développer des programmes de lutte contre la pauvreté chronique des femmes afghanes.

Plusieurs questions ont été analysées dans le détail, notamment : comment se définit la pauvreté chronique des femmes en Afghanistan ? Qui sont les femmes chefs de foyer ? Sont-elles toutes chroniquement pauvres ? Etc.

Cette étude a également abouti à une typologie des différents types de pauvreté des femmes avec des critères d’âge, de statut social et d’accès aux ressources et propose plusieurs pistes afin de mettre en place des programmes adaptés.

Afin de rendre des conclusions les plus opérationnelles possibles, la pauvreté a été définie selon les critères des « Objectifs du millénaire », à savoir une situation dans laquelle un individu gagne l’équivalent de moins de 1 dollars par jour.

La pauvreté est dite « chronique » quand elle dure plus de 5 années consécutives. Souvent inter-générationnelle (transmise de génération en génération), elle est aussi multidimensionnelle. Les facteurs les plus évidents sont l’insécurité alimentaire, des conditions de santé précaires, le manque de compétences dû à un manque d’éducation et le manque d’opportunités économiques.

Supervisé par

François Grünewald

Directeur général et scientifique (depuis 2009)

Réalisé par

Amélie Banzet

Directrice Pays Afghanistan (2005-06)

Johan Pasquet

Expert sécurité alimentaire (2005-09)

Marjan Kamal

Chargée de recherche, évaluation, formation

Peggy Pascal

Coordinatrice Afghanistan & agronome (2004-08)