Financé par

Commission européenne (DG ECHO)

Formulé simplement, le Relèvement Rapide constitue le premier segment de la résilience dans le temps de la crise humanitaire. De telles actions ont pour objectif de réduire la sévérité et la durée de la crise et de poser les bases du relèvement durable et de la résilience à divers niveaux : individus, communauté, société, etc.

Si aujourd’hui la plupart des acteurs de l’aide sont convaincus de la validité des approches Résilience, celles relatives au Relèvement Rapide manquent d’une appropriation réelle et d’une opérationnalisation commune, ce qui inclut des enjeux de coordination pluri-acteurs. En outre, il est complexe de démontrer la plus-value concrète des activités/programmes de relèvement, d’où la nécessité de créer un instrument de mesure.

Afin de répondre à ces enjeux, le PNUD et le Groupe URD collaborent pour la mise en œuvre d’un projet, financé par ECHO et visant à l’intégration et l’opérationnalisation du concept de Relèvement Rapide dans la réponse collective aux crises.

Une mission exploratoire au Sahel (Sénégal, Mali et Niger) a permis de dresser un état des lieux sur la thématique. Sur cette base, le Groupe URD a précisé les deux volets principaux d’activités :

  • Quatre ateliers de sensibilisation et d’échanges rassemblant une diversité d’acteurs (agences onusiennes, institutions étatiques, ONG nationales et internationales, etc). Dans chaque contexte-pays, les participants seront amenés à s’accorder sur des lignes directrices et des modalités d’action en matière de Relèvement Rapide.
  • Deux séminaires pour l’élaboration d’un outil commun qui permettra de mesurer les avancées en matière de Relèvement Rapide.

Deux missions terrain, au Bangladesh (mai-juin 2015) et au Niger (septembre 2015), ont donné lieu à deux ateliers de sensibilisation et d’échanges, ainsi qu’à deux séminaires pour la mise au point du prototype de l’outil de mesure.

Durant la 2ème quinzaine d’août 2015, le Groupe URD s’est rendu au Népal pour évaluer la réponse humanitaire post-séisme, analyser le relèvement précoce urbain et rural, et travailler à la préparation d’un outil de mesure des efforts de reconstruction post-crise.

Durant le mois de novembre 2015, le Groupe URD a ensuite organisé des ateliers additionnels et testé l’outil au Niger, Tchad et Népal.

Réalisé par

VL
Valérie Léon

Chargée de recherche et d’évaluation

Bonaventure Sokpoh

Chargé de recherche Sécurité alimentaire et référent Sahel (2002-2018)