Financé par

Groupe URD, en partenariat avec le Fonds Catalan

Une énergie considérable et des ressources importantes ont été mobilisées par la communauté internationale pour gérer les effets dévastateurs de l’ouragan Mitch. Mais très vite, les débats sur l’adéquation de certaines interventions et sur la suite des opérations de secours d’urgence émergent.

Un large projet de recherche et d’évaluation a donc été mis en place dans les différents pays touchés par l’ouragan, afin de tirer des leçons des processus d’aide mis en place et de s’interroger pour améliorer la gestion des catastrophes à venir.

Les quatre grands axes de recherche sont les suivants :

  • Liens entre les phases d’urgence, de réhabilitation et de développement ;
  • La question du partenariat ;
  • De la gratuité à l’auto-prise en charge ;
  • Humanitaire d’État / Humanitaire privé.

En 2001, les séismes qui secouaient le Salvador furent l’occasion de revenir sur les leçons apprises de Mitch et de souligner l’importance de poursuivre les efforts d’apprentissage collectif. Une mission pluridisciplinaire s’est rendue dans ce pays pour analyser une trentaine de programmes d’ONG nationales et internationales.

À cette même époque, un travail d’évaluation des actions « trois ans après Mitch » a démarré en partenariat avec le Fonds Catalan (fond de coopération décentralisée de Catalogne) avec l’envoi d’un chercheur au Nicaragua durant 6 mois pour étudier les impacts des programmes de reconstruction des ONG françaises et du Fonds Catalan.

Toutes ces missions ont été restituées et débattues dans les pays concernés et en France. Elles ont fait l’objet de rapports détaillés et d’un chapitre de synthèse dans l’ouvrage « Évaluer l’action humanitaire » de la collection Karthala.

Réalisé par

Véronique
Véronique de Geoffroy

Directrice générale adjointe (depuis 1999)

François Grünewald

Directeur général et scientifique (depuis 2009)

Karla Levy

Référent Qualité (2002-08)