Animé par

Samantha Brangeon

Le constat

Depuis quelques années, on constate une prise de conscience croissante par les acteurs humanitaires des potentiels impacts négatifs de leur intervention, voire des crises elles-mêmes, sur le milieu naturel.
Ces impacts peuvent tout autant découler de la mise en œuvre des programmes dans les pays d’intervention que de la logistique déployée, tant au siège qu’à l’international. Ils peuvent avoir des conséquences désastreuses pour les populations bénéficiaires et environnantes, et c’est pourquoi, avant même que cette démarche soit imposée par les bailleurs comme part intégrante à un processus qualité, de nombreux acteurs font d’ores et déjà l’effort d’une telle intégration au niveau institutionnel.

Le réseau, sa mission, son fonctionnement

Initié en avril 2012, le Réseau Environnement Humanitaire a pour but de faire progresser l’intégration de l’environnement parmi les organisations membres mais aussi plus largement dans le secteur de l’humanitaire.

Pour ce faire, il s’est fixé trois objectifs :

  • Mener des études, développer des outils adaptés aux besoins du secteur, pouvant être appropriés par des non spécialistes ;
  • Partager ses réflexions et les résultats de ses travaux, notamment à travers un blog : http://www.reseauenvironnementhumanitaire.org/
  • Asseoir la légitimité du réseau et faire du plaidoyer auprès de la direction des organisations membres ainsi que des autres acteurs, notamment les bailleurs, pour favoriser l’intégration institutionnelle des préoccupations environnementales dans le secteur.

Les membres de ce réseau appartiennent à des organisations telles que Action contre la faim, Care France, le Comité International de la Croix-Rouge, la Croix-Rouge française, le Groupe URD, Humanité & Inclusion, Médecins Sans Frontières, Médecins du Monde, Première Urgence Internationale et Solidarités International.

Le réseau se réunit trois à quatre demi-journées par an autour de sujets thématiques (déchets, énergies renouvelables, achats responsables etc.). Sont invités à ces réunions les participants permanents mais aussi toute personne des organisations membres impliquée sur les sujets discutés. Toute nouvelle organisation est par ailleurs la bienvenue pour participer et éventuellement rejoindre ce réseau.

Un état des lieux de l’intégration de l’environnement au sein des organisations membres du réseau a été réalisé fin 2012-début 2013. Globalement, cet effort en est à ses débuts et la prise de conscience institutionnelle est encore insuffisante.

Le réseau est en lien avec des acteurs de la scène internationale, et notamment un réseau piloté par l’unité conjointe UNEP / OCHA engagé sur ce même sujet.

Supervisé par

S. Brangeon
Samantha Brangeon

Référente du volet "Environnement"